Le directeur général de COPHABIOTEC, Dominique d’Almeida est le gagnant du prix Tokoudagba 2015. Un prix que le Conseil des investisseurs privés du Bénin (CIPB) décerne tous les deux ans à un entrepreneur qui se distingue dans son secteur d’activités dont le succès s’est inscrit dans une démarche d’innovation, d’audace et de persévérance. C’était vendredi 16 janvier dernier, au Novotel de Cotonou au cours d’un dîner débat qui a réuni les représentants des entreprises membres de ce conseil.

Ceux qui ont participé en décembre 2012 à la célébration des 10 années d’existence du Conseil des investisseurs privés du Bénin (CIPB) se souviennent encore qu’il a été décidé d’attribuer le prix Tokoudagba chaque deux ans. Au dîner débat du vendredi dernier, le président du CIPB, Roland Riboux a rappelé que ce prix distingue un entrepreneur béninois à la tête d’une Petite et moyenne entreprise (PME), dont le succès s’est inscrit dans une démarche d’innovation, d’audace et de persévérance.
En effet, le trophée constitué d'un serpent à deux têtes, selon le président du CIPB, a été suggéré par l’artiste béninois bien connu Romuald Hazoumè et reprend un thème de l’artiste Cyprien Tokoudagba aujourd’hui décédé. En 2012, le récipiendaire était Gilles Adamon créateur de la société Natura.
Gilles Adamon de la société Natura voudrait garder encore pour deux ans le trophée. Mais comme il y a encore d’autres talents selon lui, il faut laisser la place.
En recevant le trophée vendredi dernier des mains de son prédécesseur, le directeur général de COPHABIOTEC, Dominique d’Almeida a déclaré qu’il est très ému. «Je remercie tout le monde et surtout les membres du CIPB pour avoir jeté un regard sur cette petite entreprise qui ne perd pas de vue son objectif», a souligné Dominique d’Almeida.
Le diner débat du vendredi dernier a été aussi une occasion pour deux sociétés membres du CIPB de présenter des innovations à leur niveau. Il s’agit de MTN qui a présenté MTN Business, technologie et innovation et Mobile Money. Quant à la société John Walkden, elle a présenté un thème sur la créativité en entreprise. Un thème qui a permis au public de connaitre les dernières créations de cette société évoluant dans le secteur textile.

Une bonne coopération

La remise du trophée a été une occasion pour Roland Riboux de remercier les partenaires qui soutiennent et qui inspirent le CIPB dans sa démarche de cercle de réflexion. Le président du CIPB se rappelle du Haut commissariat à la gouvernance concertée qui leur a apporté son soutien en 2009 pour l’organisation du Forum national sur le thème: «Quelle gouvernance pour le développement du secteur privé au Bénin?». Sans oublier aussi sa contribution à la tenue de la Table ronde d’octobre 2012 sur le dialogue secteur public-secteur privé.
Le Conseil présidentiel de l’investissement (CPI), selon le président du CIPB, a été pour eux un appui important pour la réalisation de nombreux autres projets. A l’origine, souligne Roland Riboux, le CPI, a été conçu en 2007 pour conseiller le président de la République. Aujourd’hui, il est désormais réorienté vers l’amélioration du classement du Bénin dans la Rapport Doing Business de la Banque mondiale. La coopération avec Nasser Yayi secrétaire permanent du CPI, selon le président du CIPB, a favorisé la rédaction du projet de mise en place du cadre de concertation secteur public-secteur privé après la Table ronde d’octobre 2012.
La coopération entre le CIPB et le ministère de l’Economie, des Finances et des Programmes de dénationalisation a été et est toujours fructueuse. En témoigne un certain nombre d’actions menées ensemble. En 2007, il a été créé le Groupe de travail Fiscalité, en octobre 2008, la prise d’un Arrêté ministériel définissant un cadre permanent de concertation sur la fiscalité entre la Direction générale des Impôts et des Domaines et le secteur privé ; de même que les Arrêtés de juin 2014, le premier qui crée la Commission des impôts conformément à l’article 198 du Code général des impôts, puis celui qui crée la Commission de réconciliation selon l’article 411 du Code général des Impôts.
Le président du CIPB se réjouit également des relations qui lient son organisation et les ministères en charge de la Justice et de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication. Avec le ministère de la Justice, il a été créé un Groupe de travail Justice en 2010 pour réfléchir sur les questions juridiques. C’est dans ce cadre qu’en juillet 2011, il a été lancé un bulletin appelé Justicia. En juillet 2013, le CIPB a sorti également un livre intitulé «La justice au service du développement du Bénin» et la «plateforme des propositions pour une justice de développement au Bénin».
Avec le ministère de la Communication et des Technologies de l’Information et de la Communication, il a été question de la mise en place d’un Groupe de travail Télécoms en septembre 2013. Ce Groupe de travail, selon Roland Riboux, vient d’établir les termes de référence d’une étude comparative du secteur des télécommunications béninois avec quelques pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.
Le président du CIPB a rappelé que d’autres partenaires ont mené également des activités avec son organisation pour la mise en place des instruments pour le développement du secteur privé. Au nombre de ces partenaires, il y a la Commission des Finances et des Echanges de l’Assemblée nationale, le ministre Antonin Dossou alors directeur de cabinet du Premier ministre chargé de la Coordination de l’Action gouvernementale, de l’Evaluation des Politiques publiques, du Programme de dénationalisation et du Dialogue social; l’Union Européenne, les Pays Bas, chef de file des Partenaires techniques et financiers (PTF). L’ambassade de France près le Bénin pour sa part a soutenu le CIPB pour le lancement de plusieurs ouvrages de référence comme « Le Parcours de l’employé dans l’entreprise », de Gladys Zanou ; « L’éducation au service du développement du Bénin», de Michel-Robert Gomez et Adrien Huannou ; puis «Réussite de soi, réussite de l’entreprise», de Arthur Floret.

Autres cadeaux

Au-delà du trophée qu’il a obtenu, le gagnant du Prix Tokouda-gba 2015, Dominique d’Almeida a été gratifié d’un certain nombre de cadeaux par des entreprises membres du CIPB. C’est ainsi que l’entreprise Alink lui a offert une connexion internet BLR de 12 mois plus des équipements d’une valeur de 6 millions de francs CFA.
Il a aussi bénéficié de John Walkden des tissus Vlisco, Uniwax, Woodin, Java, etc… Pour sa part, la Roche lui a offert une caisse à outils d’une valeur de 180 000 francs CFA ; Orabank lui a ouvert un compte bancaire avec un montant initial de 100 000 francs CFA ; Oryx Energies un bon de 100 000 FCFA; MTN, une connexion MTN Business.
D’autres entreprises comme SCB Lafarge lui ont également offert des présents.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 4949 fois
Tags:
  • ,