La sous filière mangue est relancée, le jeudi 8 août dernier à Klouékanmè, à travers la remise de jeunes plants aux producteurs de la zone agricole pôle 5, regroupant 14 communes des départements du Couffo et du Zou. Ce sont en tout 8800 plants de manguier de la variété kent qui sont acquis, pour cette phase pilote, par le gouvernement dont l’ambition est d’en faire un produit d’exportation.

« Aujourd’hui est un grand jour pour la naissance d’une nouvelle filière au Bénin !», s’exclame le préfet du Couffo, Christophe Mègbédji,pour saluer l’introduction historique de la variété kent au Bénin. Kent est l’une des variétés de mangue très prisées sur les marchés étrangers, notamment dans les pays de l’Union Européenne et du Maghreb qui sont exigeants  en matière de qualité et de rendement. Ces exigences sont appropriées par des pays comme le Mali, modèle dans cette spéculation, auprès duquel le Bénin a acquis 8800 plants greffés pour en faire la locomotive de l’arboriculture fruitière. Fortement subventionnés, les plants ont été distribués à 20 producteurs à raison de 400 plants par tête en guise d’expérimentation en culture pure de 40 hectares. Quatre pépiniéristes sont ajoutés à l’effectif des producteurs de cette phase pilote lancée, à Hountokpa, un hameau du village Aglali à Klouékanmè, à travers la mise en terre de plants par certaines autorités  après les explications sur les travaux préliminaires.
Pour le ministre Gaston Dossouhoui, il s’agit d’une action pilote d’envergure modeste pour l’instant. « Mais elle servira de noyau, gage-t-il, pour la reproductivité et la plantation de 4000 hectares au moins d’ici 2021, à l’échelle du pays, principalement dans les pôles 2, 3, 4 et 5 ». La promotion de la filière mangue, par un appui aux exploitants, rappelle-t-il, découle de la volonté du gouvernement de diversifier les filières à l’exportation et marque un autre pas de géant dans la mise en œuvre du volet agriculture du Programme d’action du gouvernement (Pag). Faisant suite à la réforme ayant donné naissance aux Atda et le zonage de la production agricole dont le pôle 5, la réussite de la nouvelle filière dépend tant des exploitants que de l’accompagnement des autorités et surtout du personnel d’encadrement avec à leur tête Glawdys Tossou Lokossou, directrice générale de l’Atda Zou-Couffo.
Prenant la mesure de l’enjeu, le préfet Christophe Mègbedji et le maire de Klouékanmè, Gabriel Togbévi ont, tour à tour, au nom de leurs pairs, pris l’engagement d’apporter leur pierre à cet édifice.
Le maire relève toutefois que des investissements en matière d’aménagement hydro-agricole sont encore attendus malgré les atouts que constituent le fleuve Couffo et ses affluents en vue de soulager les exploitants du département et de faire de la culture du pôle 5 un vivier d’emplois, d’autosuffisance alimentaire et d’excédents pour le captage de devises. Zone de l’arboriculture fruitière, le pôle 5 est notamment caractérisé par la production de citron, d’orange, de mandarine et de pamplemousse.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 671 fois