Le rapport ‘’ Perspectives pour l’économie mondiale’’ (Global Economic Prospects, Gep en anglais) de la Banque mondiale, publié mardi 8 janvier dernier, crédite le Bénin de bonnes performances au moment où l’on note un redressement bien faible de l’économie subsaharienne.

Le Bénin, à l’instar de plusieurs pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (notamment, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Sénégal) a enregistré un taux de croissance de plus de 6 %, selon le rapport ‘’ Perspectives pour l’économie mondiale’’ (Global Economic Prospects, Gep en anglais) de la Banque mondiale pour l’année 2018. Malgré un redressement bien faible de l’économie subsaharienne, le pays fait un bond qualificatif et les perspectives pour l’année 2019 sont bonnes.
La croissance en Afrique devrait se renforcer à 3,4 % en 2019, à la faveur de la diminution des incertitudes autour des politiques publiques et de l’accroissement des investissements dans les grandes économies, ainsi que de la poursuite d’une croissance robuste dans les pays pauvres en ressources naturelles. La croissance par habitant devrait rester largement inférieure à la moyenne à long terme dans de nombreux pays, et contribuer, dans une faible mesure, à la réduction de la pauvreté.
Soutenue par la production agricole, les services, la consommation des ménages et l’investissement public, l’activité économique dans des pays tels que le Bénin a été robuste, renseigne le rapport.
Des performances qui se justifient sans doute par la production record dans la filière coton, les réformes qui ont induit un accroissement de recettes au niveau de la douane et des impôts. Des réformes qui ont permis d’élargir l’assiette fiscale et de renforcer la lutte contre la fraude fiscale.
Dans son ensemble, le rapport estime que la croissance dans la région a progressé, passant de 2,6 % en 2017 à 2,7 % en 2018. Toutefois, cette progression est inférieure aux prévisions, en raison en partie des faiblesses observées au Nigéria, en Afrique du Sud et en Angola. La région a été confrontée à un environnement extérieur plus difficile durant l’année dernière, caractérisé par le ralentissement du commerce mondial, le resserrement des conditions de financement et le raffermissement du dollar américain.0

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1946 fois