Dans le cadre de ses conférences périodiques, la direction générale des Affaires économiques du ministère de l’Economie et des Finances a regroupé, ce mercredi 4 avril à Cotonou, différents acteurs autour du thème « Entreprenariat, emploi des jeunes et le financement des startups au Bénin ». Cette vingtième édition de la conférence débouche sur des propositions pour faire de l’entreprenariat un véritable levier en faveur du progrès économique et social du Bénin.

L’Etat et le secteur privé saturés ne peuvent pas embaucher tous les chômeurs qui attendent de trouver un travail. Ces remarques du directeur général des Affaires économiques (Dgae),
Aristide Mèdénou du ministère de l’Economie et des Finances, indiquent déjà l’importance du thème de la vingtième conférence périodique de cette direction : «  Entreprenariat, emploi des jeunes et le financement des startups au Bénin ».
Le directeur de cabinet du ministre en charge des Petites et moyennes Entreprises, Jean-Marie Dandoga, se réjouit du choix de cette thématique. Il s’agit d’une thématique qui précède les conclusions des réflexions déjà en cours dans son département ministériel, indique-t-il. L’objectif desdites réflexions est d’identifier les actions pertinentes pour optimiser la résolution des problèmes de l’emploi au Bénin.
Pour Jean-Marie Dandoga, l’entreprenariat et surtout celui des jeunes apparaît aujourd’hui comme une solution efficace au problème de l’emploi. « Notre rôle en tant qu’acteur public est de mettre en place les conditions favorables indispensables d’une part au développement de l’entreprise et d’autre part d’accroître la capacité de la jeunesse béninoise à saisir les opportunités vertueuses », souligne-t-il. C’est pourquoi, il a invité les startups à la pugnacité, à l’audace et à ne jamais céder au découragement. Mais dans ce cadre, trois grands défis, selon lui, sont à relever. D’abord, il s’agit de la mise en place d’une fiscalité optimale au développement de l’entreprenariat. Le deuxième défi, insiste-t-il, est l’amélioration des facteurs structurels. Dans ce registre, il estime qu’il y a la promotion d’un marché local avec une réelle intégration régionale. Et le troisième défi, indique-t-il, se rapporte à l’accès des Petites et moyennes entreprises (Pme) au financement.

Les raisons de la conférence

Pour sa part, le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Servais Adjovi, se réjouit de la tenue de cette conférence pour plusieurs raisons. La première est qu’elle s’adresse, selon lui, à la jeunesse qui a ainsi l’occasion de raffermir sa foi en elle-même et en l’avenir. En ce qui concerne la deuxième raison, il estime que cette activité cadre avec l’ambition du gouvernement de faire du secteur privé le vecteur de la création de richesse et d’emplois au Bénin. La troisième raison évoquée par le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances est que le thème est en nette adéquation avec le Programme d’action du gouvernement qui vise la transformation structurelle de l’économie béninoise. Et ceci, avec un lien étroit entre les différents secteurs économiques pour plus de valeur ajoutée et un développement économique soutenu pour faire reculer les frontières de la pauvreté.
Servais Adjovi fait remarquer que, depuis quelques années, sur les places de marché, dans les rayons des supermarchés et à l’occasion des salons et foires d’exposition, on note la présence de produits novateurs. Ces derniers suscitent, selon lui, de l’admiration, signe éloquent du génie créateur du peuple béninois. Certains de ces produits, se réjouit-il, ont réussi à traverser les frontières et à s’imposer sur le marché international donnant ainsi la preuve que le Bénin dispose désormais d’un label à l’instar d’autres pays. Il a encouragé la jeunesse qui offre l’occasion de découvrir les pépites d’innovation qui créent, inventent, dirigent, investissent et recrutent par amour de l’entreprenariat.
Deux communications inaugurales ont permis à l’assistance de cerner les contours de la thématique de cette conférence. La première a permis au directeur général de l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique (Insae), Alexandre Biaou, de faire l’état des lieux de l’emploi au Bénin. La deuxième se rapporte à l’expérience de Valentin Agon sur l’entreprenariat.
Les deux communications ont conduit à l’animation d’un panel composé d’acteurs qui s’intéressent à l’entreprenariat, à l’emploi et au financement des startups.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2205 fois