Les acteurs du secteur de la microfinance ont désormais un nouveau logiciel pour la gestion des systèmes financiers décentralisés (Sfd). Ce nouvel outil dénommé Microfina++ créé par la société Médiasoft, fait l’objet d’un atelier d’échanges qui regroupe depuis ce mardi 5 décembre à Cotonou et ce, pour trois jours, des acteurs venus du Niger, du Togo de la République démocratique du Congo et du Bénin.

Le défi d’un système financier décentralisé (Sfd) est de s’assurer de la production au jour le jour des informations fiables pour sa gestion. Comment ces informations sont-elles produites ? C’est la préoccupation majeure des acteurs venus du Niger, du Togo, de la République démocratique du Congo (Rdc) et du Bénin réunis à Cotonou pour échanger durant trois jours dans le cadre d’un atelier sur le système d’information, Microfina++.
Pour le directeur exécutif du système financer décentralisé Alidé, Valère Houssou, Microfina est l’un des systèmes d’information et de gestion existant sur le marché de la microfinance. C’est un outil qui reste l’épine dorsale du secteur pour la production d’information de gestion à l’autorité de tutelle.
Selon Valère Houssou, Microfina a évolué pour devenir aujourd’hui Microfina++. Et c’est cette version qui est au centre de l’atelier ouvert hier par la société Médiasoft à Cotonou.
Selon le directeur général de Médiasft, Roger Agbahè, il s’agit d’un outil de gestion qui répond aux besoins des Sfd. C’est un outil compétitif qui adopte le rapport qualité/prix.
Très fier de la création de ce logiciel au profit des Sfd, le directeur exécutif de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés (Apsfd), Consortium Alafia, Ignace Dovi, est parti de l’historique de la Fédération des Apsfd créée en 2016 au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) pour rappeler deux choses. La première est le lobbying que constitue désormais cette fédération en Afrique de l’Ouest. Puis, le rôle qu’elle devra jouer, c’est-à-dire appuyer les Sfd aux côtés des partenaires. Et c’est ce rôle qui intéresse le plus Ignace Dovi.
« Autant que nous sommes, personne ne peut ignorer un système d’information et de gestion dans le secteur de la microfinance », souligne le directeur exécutif de Consortium Alafia. Pour lui, dans la vie des Sfd, l’information financière est capitale pour la prise de décisions. Et ces décisions doivent être prises avec des outils fiables. D’où l’importance du logiciel Microfina++.
Revenant sur la finance digitale dont dépend désormais l’avenir des Sfd, Ignace Dovi a dit que la société Médiasoft a fait des pas de géant. C’est pourquoi, il invite ses collègues et les Sfd à adopter le système d’information et de gestion Microfina++.

Parer aux insuffisances

Le directeur exécutif de Consortium Alafia sera appuyé par son homologue du Togo, Ange Kétor, directeur exécutif de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Togo. Pour lui, l’évolution de Médiasoft a été remarquée avec ses interventions sur des chantiers importants dans le secteur financier de la sous-région ouest-africaine. Raison pour laquelle, il encourage et félicite les responsables de cette société qui ne cesse d’innover pour le bonheur des Sfd des pays de la sous-région.
En ouvrant officiellement les travaux de l’atelier, le directeur général de l’Agence nationale de surveillance des Sfd, Louis Biao, a rappelé qu’un diagnostic des systèmes d’information et de gestion des Sfd a révélé beaucoup d’insuffisances. Et au nombre de celles-ci, il cite l’inexistence de production des reportings, l’inadaptabilité des logiciels proposés. Il est également constaté, regrette-t-il, l’absence de souplesses dans les produits au niveau des Sfd. Alors, l’atelier d’échanges de Cotonou sera, selon lui, une occasion pour trouver des solutions à ces insuffisances. Le logiciel créé par Médiasoft, se réjouit-il, est conforme et dispose des fonctionnalités adaptées aux Sfd. Auxdites fonctions, indique-t-il, s’ajoutent la gestion des stocks, la paie et autres. C’est pourquoi, il a invité les uns et les autres à bien suivre la formation dans l’intérêt des Sfd.
En dehors des modules sur Microfina++, les acteurs de la microfinance auront droit à des communications sur les engagements par signature, les différents types d’engagements et leurs principes de comptabilisation sans oublier les techniques d’inventaire des engagements par signature.
Médiasoft est un cabinet qui a son siège à Lomé au Togo, mais qui intervient dans les pays comme le Togo, le Bénin, le Burkina Faso, le Niger et la RDC. Elle organise chaque fin d’année dans un pays de son choix, un atelier de renforcement pour renforcer les connaissances sur les outils qu’elle met à la disposition des acteurs dans un domaine donné.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1565 fois