Le Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn) a organisé, les 31 octobre et 2 novembre derniers à Cotonou, des séances d’échanges avec les consultants nationaux ou bureaux d’études d’une part et avec les chefs d’entreprises industrielles d’autre part. Les opportunités du Programme de restructuration et de mise à niveau (Prmn) ont été soulignées à la faveur de ces rencontres.

Plus d’une cinquantaine d’industriels ayant adhéré au Programme de restructuration et de mise à niveau (Prmn) et plus encore pour ce qui est des consultants nationaux ou Bureaux d’études, ont pris part, les 31 octobre et 2 novembre derniers, à des échanges avec des responsables du Bureau de restructuration et de mise à niveau (Brmn).
« Votre présence ici se justifie par le fait que nous ne faisons rien par nous-mêmes mais mobilisons plutôt le savoir-faire national et international », a souligné le directeur général du Brmn, Airy Lucius Tonato, face aux consultants nationaux.
A la rencontre avec les industriels, il a laissé entendre que c’est le lieu pour eux d’exprimer leurs difficultés dans la mise en œuvre de la phase 1 du Prmn, afin que lors de la rédaction de la phase 2, afin que le Brmn puisse tenir compte de ces difficultés et autres rigidités notées.
Pour ce faire, Airy Tonato a exhorté les interlocuteurs du Brmn à un langage de vérité. Les consultants nationaux ont abordé des sujets ayant rapport avec la présentation de nouveaux outils, les conditions de mise en œuvre du partenariat entre eux et le Brmn et le rapport de l’étude sur l’évaluation du Programme de 2008 à 2014. Outre ces deux derniers points, les industriels, eux, se sont intéressés en particulier à la présentation de nouveaux produits, notamment la restructuration, l’accompagnement à l’éligibilité et le diagnostic groupé.
Les Bureaux d’études ou consultants nationaux sont des partenaires du Brmn en ce sens qu’ils aident ce dernier à atteindre les objectifs du programme de restructuration et de mise à niveau, à travers « la mise en œuvre des diagnostics et la proposition de plans d’affaires aux entreprises, a souligné le directeur général du Brmn. Ils bénéficient de programmes ponctuels et réguliers de formation et de sensibilisation en matière de restructuration et de mise à niveau.
Quant aux entreprises industrielles, elles sont aussi des partenaires mais surtout les grands bénéficiaires du Prmn, en matière d’investissements matériels et immatériels à travers des primes que l’Etat leur donne par le truchement du Brmn.
Pour adhérer au Prmn, les structures intéressées devront remplir une fiche d’adhésion, présenter une note descriptive de l’activité principale ainsi que des copies du registre de commerce, des statuts de l’entreprise et de l’Identité fiscale unique (Ifu). Aussi, doivent-elles donner la preuve de la déclaration à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) d’au moins un salarié pour les très petites entreprises et d’au moins cinq pour les petites et moyennes entreprises ou industries (Pme/Pmi) et les grandes entreprises. La copie des états financiers des deux dernières années à la date de soumission sera déposée aux impôts par l’entreprise qui doit également présenter une attestation de non faillite et une déclaration sur l’honneur à participer et à faciliter le processus de mise à niveau.

Par Cell. Com. BRMN

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1586 fois