Au Bénin, l’humour est une forme d’expression de moins en moins présente. Connotations péjoratives, manque d’intérêt, absence de tribunes d’expressions humoristiques, les causes sont nombreuses…

« L’homme souffre si profondément qu’il a dû inventer le rire ». Cette citation du philosophe allemand Nietzsche traduit si bien le lien étroit entre l’humour et l’humain. L’humour est cette forme d’oeuvre de l'esprit qui cherche à mettre en valeur le caractère ridicule, insolite ou absurde de certains aspects de la réalité, le tout dissimulé sur un air sérieux. Au Bénin, aujourd’hui, cette forme d’art est carrément délaissée. Cet état de choses puise même déjà l’une de ses sources dans la culture béninoise qui donne à l’humour un sens péjoratif. « En langue fon, le mot humoriste se traduit par ''gblôdor to'', qui veut dire en français, celui qui raconte des sottises. La question est de savoir qui voudrait se faire coller ce genre d’étiquettes » explique l’humoriste Judicaël Avaligbé, alias Chromosome. Pour l’humoriste Kenneth Yannick, membre du Cotonou Comedy Club, une scène où se produisent des humoristes, la place accordée à l’humour au Bénin est tout simplement représentative de l’importance que la société béninoise accorde à l’art en général. Il s’agit avant tout d’un problème de mentalités. «Combien de Béninois sont, par exemple, capables de se déplacer et dépenser de l’argent, juste pour voir quelqu’un qui prétend faire rire sur scène ?» déplore Kenneth Yannick.

Une forme d’expression méconnue dans sa nature

L’humour, malgré son apparence ludique, peut amener à un changement de paradigme, à une prise de conscience ou de position sur certaines réalités de la société. «L’humour est un genre d’expression qui a une portée intellectuelle et même philosophique», affirme Chromosome. Dans les pays développés comme la France l’humour occupe une place non-négligeable. Des spectacles humoristiques sont même parfois le point de départ de mouvements et de débats sociaux. Pour preuve, Dieudonné Mbala Mbala, humoriste franco-camerounais, qui par son humour engagé, soulève régulièrement des problématiques qui se transforment en débats sociaux à grande envergure au sein de l’opinion publique française.
Aussi, l’usuelle confusion faite entre comédie et humour au Bénin est un véritable frein à son développement. La société béninoise a toujours eu une vision d’un humour bouffon, employant déguisements et autres commodités de même espèce. L’humoriste, « habillé comme dans la vie de tous les jours », se veut beaucoup plus perçant et cru dans son moyen d’expression tandis que la comédie est beaucoup plus burlesque dans l’esprit à travers le jeu de personnages auquel elle se prête. « Un humoriste, c’est un auteur qui réalise une production intellectuelle», conçoit Kenneth Yannick. A Judicaël Avaligbé d’ajouter que l’humour ne cherche en aucun moment à être complaisant, il «choque pour faire réfléchir en même temps ». L’humoriste rit du quotidien, des peurs, des angoisses, des contradictions de notre société. L’humour apparaît donc comme un bouclier face aux difficultés de la vie, un moyen de prendre du recul. Il permet de prendre notre petite revanche sur la vie en quelque sorte. Toutefois, il est tout à fait possible d’être à la fois humoriste et comédien.

Besoin de soutien

Comme autre obstacle au regain de l’humour au Bénin, le manque d’initiatives allant dans le sens de sa promotion. A part les rares scènes de production comme le Cotonou Comedy Club, Rire Ô Gras de l’acteur-humoriste Oncle Bazar, Bonjour Bénin, L’évangile du rire, etc, aucune autre scène majeure n’est offerte aux acteurs pour distraire et se révéler au public. « Nous sommes obligés de créer nos propres tribunes d’expression humoristique, ce qui n’est pas du tout évident », fustige l’humoriste Kenneth Yannick. Combiné à cela, le petit nombre de personnes qui peuvent se revendiquer véritablement humoristes. Pourtant, l’humour a toujours eu une place importante dans le quotidien des Béninois par des humoristes « de la vieille école » comme Baba Yaabo, la compagnie Sêmako, etc, qui font rire depuis bien longtemps. Seule différence, l’humour a évolué depuis.
L’humour n’est pas seulement une affaire de spectacles, il peut aussi revêtir d’autres aspects, comme celui didactique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1421 fois