Ils sont nombreux, les opérateurs touristiques à qui l’ambition du gouvernement de promouvoir le secteur touristique donne des idées. Des initiatives qu’ils portent pour accompagner la dynamique de révéler le Bénin, naît le projet « Ma culture, mon futur », un alliage culture-tourisme pour valoriser autrement le label ‘’Bénin’’.

Dernière-née des initiatives de valorisation de la culture et du tourisme au Bénin, le projet « Ma culture, mon futur » intègre à lui seul un cocktail d’actions dont la finalité est de porter loin le Bénin. « Ma culture, mon futur », c’est d’abord un cadre, un espace décoré et façonné pour impacter Béninois et étrangers. Le lieu retient tout de suite l’attention par son décor qui renvoie à la tradition de plusieurs localités du Bénin. Une sorte de Bénin en miniature, façonné au modèle traditionnel et implanté en plein cœur de la ville de Cotonou au quartier Vodjè Kpota. Mais le projet va au-delà du cadre. Il symbolise la vie dans le Bénin traditionnel. Au sein de cet espace, le visiteur est reçu comme un prince, se fait servir de l’eau issue de la jarre traditionnelle dans un verre en poterie. Il en est de même pour les breuvages traditionnels, s’il en est fan. Et si besoin, il y a de se laver les mains, deux récipients en poterie s’offrent à lui. 

L’esprit du projet, selon son concepteur, Alexandrine Avognon, c’est de présenter une autre facette de la culture du pays pour impacter le tourisme. « Les touristes arrivent et visitent nos sites, mais ce n’est pas suffisant. Il faut y ajouter la culture. Il y a des sites partout et donc les touristes peuvent aller partout et les visiter. Il faut un concept qui concilie à la fois culture et tourisme », explique-t-elle. L’autre élément important de son projet, c’est la phase de valorisation des mets traditionnels et locaux du terroir. Au cours d’une soirée de dégustation et de présentation organisée le week-end dernier, ce volet du projet a été mis en exergue. Sauce au canard, pâte-rouge, noire et blanche; piron, sauce légume à la traditionnelle, diverses sauces des différentes contrées du Bénin… Le menu est révélateur de la richesse culinaire du terroir. Et si les touristes espagnols, américains et autres invités à la séance-dégustation ne se sont pas abstenus d’en demander encore après régal, on peut en venir à la conclusion que le Bénin culinaire a tout pour se vendre aux quatre coins du monde. Le récit n’aura pas été complet si l'on ne mentionne pas combien d’hectolitres de tchakpalo et d'adoyo (des bières locales à base de maïs) ont été vidés au cours de cette même soirée. Quid des autres spécialités gastronomiques béninoises offertes au cours de la soirée?

Transmettre la culture

Séduit par le concept, Marcel Zounon, directeur de l’Ensemble artistique national, va alors en appeler à une fédération de forces et d’énergies autour de la génitrice du projet. « Nous devons encourager cette dame qui a compris que les produits culturels ont besoin d’accompagnement pour appuyer le tourisme. Elle va à l’essentiel pour développer la culture et transmettre le savoir et le savoir-faire ancestral », apprécie-t-il. Non moins sidéré par le projet et le développement qu’en a fait Alexandrine Avognon, Claude Balogoun, représentant des artistes au sein du Conseil économique et social, estime lui aussi que le Bénin est encore capable de démontrer bien de choses au monde. Il voit à travers ce projet un pas non moins important pour booster le tourisme béninois. L’autre élément de satisfaction qu’il a mis en exergue est la formation. Le projet « Ma culture, mon futur » forme en effet une pépinière de jeunes chanteurs, danseurs et acteurs culturels qui apprennent au sein de divers ateliers, en plus de l’art, la vannerie, la poterie et autres. Alexandrine Avognon dit vouloir faire d’eux, des ambassadeurs de la culture et du tourisme béninois. Nous avons besoin de transformer notre culture », insiste-t-elle. Contrairement à leurs congénères, ces enfants s’habillent uniquement en tenues traditionnelles du pays, apprennent leurs panégyriques et, partout où ils passent, porteront la culture locale. Déjà à l’exercice des chants et danses du pays, ils ont excellé, démontrant qu’ambassadeurs de la culture, ils le sont déjà. De quoi enchanter le directeur du Ballet national qui projette déjà de les positionner sur des festivals l’été prochain.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1782 fois