Le trentième anniversaire de l’existence du Centre culturel chinois au Bénin a été célébré, samedi 1er septembre dernier. Ces moments de souvenirs ont été marqués par le vernissage d’une exposition photographique, sur le parcours de ce centre de divertissements et de formation.

Deux cents photographies expressives sont exposées au public au Centre culturel chinois, depuis samedi 1er septembre dernier, et témoigne du parcours de ce lieu de divertissement et de formation inauguré le 27 septembre 1988.
Ce trentième anniversaire du centre, le deuxième établi par la Chine à l’étranger après celui de l’Île Maurice, a eu un cachet spécial empreint de souvenirs et de consolidation de l’amitié entre le Bénin et la Chine, en présence des autorités béninoises et du corps diplomatique. Des images titrées : « Le Centre en chantier», « Zhang, Inspecteur des travaux du centre », « Vernissage de l’exposition filigrane de Wushu et tableau de soie égyptienne », « Fête du printemps 2004 », «Atelier de formation en aquarelle chinoise », retracent l’histoire du centre.
Bâtiment de trois étages érigé sur une surface de 4062 m2, le Centre culturel chinois de Cotonou achevé en quinze mois, comporte en son sein plusieurs salles de classe dont une pour les enfants. L’impressionnante architecture traditionnelle chinoise du bâtiment est frappante. Il s’impose de l’extérieur par sa forme, ses couleurs, sa présence et son jardin à l’intérieur.
Il y est organisé des cours de langue chinoise, de Wushu et de Taiji ainsi que des activités artistiques et culturelles variées.
Le directeur du Centre culturel chinois, Wei Jun explique que le centre manifeste pleinement l’attention portée par la Chine et le Bénin aux échanges culturels et à la connaissance mutuelle. Mieux, « Le Centre culturel chinois exerce un rôle important de fenêtre et de passerelle dans les relations de partenariat stratégique et des échanges culturels sino-béninois. Il constitue auprès des gouvernants, des institutions culturelles, des personnalités du monde de l’art et des publics chinois et béninois, une plateforme de compréhension et de coopération réciproque », informe-t-il. Il a aussi remercié le gouvernement et le public pour le soutien dont le centre bénéficie. « Le centre, c’est votre maison », laisse-t-il entendre.
Pour sa part, Li Hi, représentant l’ambassadeur chinois Peng Jingtao, indique qu’en Chine, le trentième anniversaire a une signification spéciale. Trente ans après, le centre avance résolument vers le futur et est devenu le lieu d’attraction incontestable non seulement pour les Béninois mais aussi pour la communauté internationale, soutient-elle.

Vitalité des relations

La culture implique le tourisme, l’homme et l’échange, selon Li Hi ; trois mots dont les premières lettres forment ‘’Thé’’, exprimant ainsi l’amour du Chinois pour le thé.
La culture et le tourisme sont désormais inséparables en Chine comme au Bénin, note-t-elle, faisant remarquer qu’au Bénin, le tourisme est un pilier important du Programme d’action du gouvernement et un levier important pour la croissance économique et la prospérité sociale. « Le Centre culturel chinois est bien positionné et déterminé à accompagner les efforts des Béninois à promouvoir leur culture », informe Li Hi. Elle a exprimé sa joie du fait que les Béninois et Béninoises font briller le Centre culturel chinois en le considérant comme leur foyer pour apprendre, découvrir et admirer la beauté de la création humaine.
Présent à l’inauguration du Centre culturel chinois en tant que ministre de la Culture à l’époque, Ali Houdou rend hommage à Dieu de lui avoir donné la chance d’être au trentième anniversaire de l’établissement du Ccc au Bénin, lui qui n’avait que 40 ans à l’époque. Il a rappelé les liens d’amitié et de coopération qui lient les deux pays et a également souligné que la Chine soutient le Bénin et l’aime. Le centre culturel chinois, pour lui, est un cadeau qui témoigne de la qualité des relations de coopération entre la Chine et le Bénin, a soutenu Ali Houdou. «Cette célébration témoigne que la Chine a un savoir-faire et un savoir-être qui se transmet », confie le directeur de cabinet du ministre de la Culture et des Sports, Ernest Guillaume Sossou.
Plusieurs autres activités sont prévues dans le cadre de cette célébration dont un salon de thé qui démarre le 24 septembre prochain.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3832 fois