Le rapport d’avancement 2018 du Programme de croissance pour le développement durable (Pc2d) 2018-2021 était au cœur d’une revue entre le gouvernement et les partenaires techniques et financiers, du 7 au 8 octobre à Cotonou. Des assurances ont été données quant à la prise en compte des préoccupations de ces derniers en vue de renforcer leurs actions.

« Le Bénin reste dans une dynamique de croissance économique… Cette année, le taux sera certainement au-delà des 6,7 % obtenus en 2018 contre 5,7 % en 2017 ; nous sommes en droite ligne pour atteindre les 10 % en 2025 fixés dans le Programme national de développement ». C’est l’assurance donnée par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané, ce mardi, à l’occasion de la revue Gouvernement-Partenaires techniques et financiers sur la mise en œuvre du Programme de croissance pour le développement durable (Pc2d) 2018-2021.
Outre l’accélération de la croissance économique, le point à mi-parcours du programme affiche une certaine performance au niveau de l’éducation, quoique des défis restent à relever en matière d’amélioration des conditions d’enseignement, de scolarisation, de réussite des apprenants, de financement des projets de recherche. Le démarrage de la première phase de 195 km du projet Asphaltage, la réhabilitation de 660 km de voiries urbaines, la construction d’une digue immergée de 4 km dans la commune de Ouidah, le reboisement de 1102,7 ha, la réalisation de travaux d’inventaire dans des forêts classées, l’exécution des transferts Fadec à 102,15 %, sont également salutaires. En matière de promotion de l’Etat de droit, sur l’échelle de l’indice Mo Ibrahim en Afrique, le Bénin occupe en 2018 la 13e place contre la 14e en 2017 sur 54 pays ; le ratio habitants/ magistrat est passé de 73.869 en 2017 à 2018.
Des résultats à mettre au crédit non seulement des réformes engagées par le gouvernement mais aussi du soutien massif des partenaires techniques et financiers, souligne le ministre Abdoulaye Bio Tchané. Il assure que le gouvernement poursuivra ses efforts au niveau des investissements et des réformes, notamment celles sur le renforcement du capital humain, la santé et l’éducation. En vue d’atteindre la croissance durable et inclusive souhaitée, les investissements seront concentrés sur les secteurs de l’agriculture, du tourisme, de l’économie numérique, de l’économie du savoir, avec un point d’honneur sur la fourniture de l’eau, de l’électricité, précise-t-il.

Corriger les insuffisances

Document d’opérationnalisation du Plan national de développement, le Pc2d 2018-2021 adopté le 21 mars 2018 vise à corriger les insuffisances qui persistent après les Stratégies de croissance pour la réduction de la pauvreté (Scrp) déployées par le passé. Il vient en appui au programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021) dont la mobilisation des ressources a fait l’objet d’échanges, les 23 et 24 septembre derniers à Cotonou, entre les différentes parties prenantes.
La revue à mi-parcours du programme revêt une importance capitale en cette période de finalisation de la loi de finances 2020, selon le ministre de l’Economie et des Finances, Romuald Wadagni. Il assure que les recommandations issues des échanges « francs et directs » seront intégrées dans le projet de budget qui sera bientôt en examen au Parlement.
Pour Siaka Coulibaly, coordonnateur résident du Système des Nations Unies (Snu) au Bénin, chef de file des Ptf, c’est « un exercice de redevabilité mutuelle entre le gouvernement, les partenaires techniques et financiers et les acteurs de la Société civile sur la mise en œuvre des politiques de développement en lien avec l’Agenda 2030 auquel a souscrit le Bénin ». Il se réjouit de la qualité du rapport d’avancement et de la disponibilité du gouvernement à poursuivre les discussions inclusives et les efforts en vue de renforcer le dialogue politique avec les partenaires et d’assurer le succès des différentes réformes engagées pour l’atteinte des objectifs de développement durable au Bénin.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 361 fois