Le ministre de la Communication et de la Poste, Alain Orounla, a reçu son homologue burkinabè, lundi 7 octobre dernier, à Cotonou. Rémis Fulgance Dandjinou, ministre burkinabè de la Communication et des relations avec le Parlement, est à Cotonou pour remettre l’invitation du Bénin à la 11e édition des universités africaines de la communication de Ouagadougou.

Le Bénin sera présent à la 11e édition des universités africaines de la communication de Ouagadougou qui se tiendra les 25, 26 et 27 novembre 2019 au Burkina Faso. Rémis Fulgance Dandjinou, ministre burkinabè de la Communication et des relations avec le Parlement est au Bénin pour remettre officiellement l’invitation à son homologue béninois.  
Il s’agit d’un colloque qui va rassembler d’éminentes personnalités du monde des médias de l’espace Uemoa qui vont se pencher sur les questions de communication et de traitement de l’information sur le continent. A l’occasion, ces acteurs qui viendront du Bénin, de la Côte d‘Ivoire, du Mali, du Togo du Sénégal et bien entendu du Burkina Faso vont étudier de nouvelles approches pour orienter la vision que les médias donnent aux pays. Il s’agit donc de reconstruire l’image des pays de l’espace Uemoa. Ce qui cadre bien avec le thème de cette 11e édition intitulé: «Communication et géopolitique: construire une autre image de l’Afrique ».
A en croire le ministre burkinabè, Rémis Fulgance Dandjinou, le contexte sociopolitique international est marqué par un développement extraordinaire des médias, surtout des réseaux sociaux qui véhiculent des images, des clichés pas toujours reluisants du continent africain et des pays africains qu’il faut corriger. « La communication peut construire ou déconstruire une image. Il est nécessaire pour les Africains de communiquer pour faire changer les perceptions tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du continent », précise-t-il. Il poursuit que les enjeux sont d’ordre culturel, social, politique, économique, professionnel, technologique et d’une grande actualité.
Le ministre béninois de la Communication se dit honoré de cette invitation de son homologue burkinabè en ce sens que le colloque cadre bien avec la vision du gouvernement qui aspire au changement que les médias doivent désormais imprimer à l’univers de la communication. Alain Orounla s’engage à faire en sorte que la crème du monde des médias béninois puisse prendre part aux assises afin d’en tirer le maximum pour impacter en retour la nation.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 252 fois