Une fatigue, un vertige, un mal de tête, un malaise à l’estomac, une douleur à l’oreille ou à l’œil, une présomption de maladie ou même un petit bobo au genou ; et la proposition domestique la plus récurrente c’est : « Prends deux para ». Le paracétamol est devenu le médicament à tout guérir. L’automédication en a fait une panacée aussi bien pour la prévention que pour le traitement. C’est sans se douter de ce que son utilisation abusive est nocive, très nuisible pour le foie, organe vital.

 

Ne pas dépasser 3g de paracétamol par jour ; c’est la ferme recommandation de Dr Vivienne Boko, chef service consultation à l’hôpital de zone de Mènontin, aux auto-prescripteurs du paracétamol. « Généralement il ne faut pas dépasser 3g de paracétamol par jour. Lorsque vous atteignez 7g par jour, vous êtes susceptible de contracter une cytolyse hépatique, c’est-à-dire une destruction au niveau des cellules hépatiques. Vous dépassez le seuil de l’hépato-toxicité et vous entraînez ainsi la destruction des cellules hépatiques. Or le foie, vous le savez, est unique et est au centre de tout pour le bien-être. Il n’est pas comme les reins qui sont deux ou l’un peut être défaillant et l’autre fonctionnel », fait-elle savoir. Cette consigne du médecin de santé publique s’applique également aux autres dérivés du paracétamol. « Quand je dis paracétamol, il n’y a pas que ça ! Paracétamol c’est le nom basique de la molécule mais il se présente sous beaucoup d’autres formes : Doliprane, Efferalgan, Dolco… Il ne s’agit donc pas de dire : J’ai déjà pris 6 comprimés de paracétamol aujourd’hui, comme ça ne va toujours pas, je prends du doliprane. C’est la même chose ! Doliprane n’est qu’un nom commercial du paracétamol », ajoute Dr Vivienne Boko.

Le paracétamol est un composé chimique utilisé comme antalgique (anti-douleur) et antipyrétique (anti-fièvre). Il est l’un des médicaments les plus connus et les plus utilisés au monde. « Le paracétamol calme la douleur, diminue la fièvre. En dehors de ces deux rôles, le paracétamol n’est pas un défatigant comme d’aucuns en font généralement usage », explique le médecin de santé publique. Elle déplore l’usage, à tous vents, qu’en fait la population : « Les gens viennent en consultation et vous disent : Je suis fatigué. Vous leur demandez quel médicament ils ont pris et ils vous répondent : Du paracétamol ! Le Béninois quand il est fatigué, il prend automatiquement deux comprimés de paracétamol et de l’amoxicilline. C’est ce que nous observons souvent et c’est une attitude à décourager vivement à toute la population ». En effet, en cas d’usage fréquent ou sur longue période, le paracétamol est extrêmement nuisible pour le foie du fait de la production d’un métabolisme hépato-toxique. 

Risques au niveau cardiovasculaire, gastro-intestinal et rénal

« Le paracétamol semble être l’antalgique le mieux toléré, le médicament qui semble être le moins offensif. Et cela ne manque pas de pertinence. Mais avec le temps, la prise continuelle du paracétamol peut se révéler nuisible. Il y a une dose à ne pas dépasser de façon journalière et lorsque vous la dépassez, vous créez des problèmes au niveau hépatique. Les conséquences les plus imminentes proviennent de l’hépato-toxicité que le paracétamol engendre. Utilisé sur le long terme, il peut ensuite entraîner une augmentation des risques au niveau cardiovasculaire, au niveau gastro-intestinal et au niveau rénal », fait savoir le médecin Vivienne Boko.

En cas de surdose ou d’interactions médicamenteuses, le paracétamol peut entraîner la mort par hépatite fulminante. Il est d’ailleurs fortement décommandé chez les personnes souffrant de maladies ou d’insuffisance hépatiques. « Tous ceux qui ont déjà une hépatite, qui est une affection virale de plus en plus courante, ne doivent pas faire usage fréquent du paracétamol. Alors si quelqu’un qui avait déjà l’hépatite, pour soigner un mal de tête va demander à une tierce personne qui lui conseille une forte dose de paracétamol, vous voyez ce que ça donne ? Déjà le produit utilisé en excès est nuisible. Pire lorsque c’est une personne souffrant déjà d’une hépatite qui l’utilise ! Il accélère sa détresse hépatique, il accélère la destruction de son foie ». En définitive, l’excès du paracétamol nuit. A court terme, c’est déjà l’hépato-toxicité lorsqu’on dépasse la dose journalière et à long terme ça peut entraîner l’augmentation des risques au niveau cardiovasculaire, gastro-intestinal et rénal. Mais le paracétamol n’est pas interdit. Son usage doit être ponctuel et mesuré.

Au-delà du paracétamol, Dr Vivienne Boko prévient contre tout excès : « Tout ce qui est utilisé en excès, que ce soit un produit, un médicament ou un aliment, entraîne toujours des conséquences, des dommages à court ou à long terme. Ainsi ceux qui prennent à temps et à contretemps l’aspirine, l’ibuprofène, l’amoxicilline… s’exposent aussi à des conséquences », précise le médecin. Elle conseille : « Aujourd’hui, il faut que les gens comprennent qu’ils doivent se référer aux formations sanitaires lorsqu’ils ont un problème. Ce n’est pas parce que Paul a eu mal à la dent et a pris paracétamol et amoxicilline et c’est passé, que Jean qui a mal à la dent prendra aussi paracétamol et amoxicilline en espérant que ça passe aussitôt. Non ! Paul et Jean n’ont pas la même constitution ! ».

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 336 fois