Dans l’après-midi du samedi 17 août dernier, un vieux peulh a été charcuté et son fils abattu à Tourou Monnon ferme, un hameau situé dans le premier arrondissement de la commune de Parakou. Cette situation a créé la psychose au sein de la communauté peulh de la localité.

Un drame est survenu, le samedi 17 août dernier, dans une famille à Tourou Monnon ferme, à Parakou. Un jeune de 16 ans a été abattu et son père, un vieux peulh, laissé pour mort, après avoir été sérieusement charcuté. Dans la localité, l’inquiétude a gagné les populations et leurs autorités.
Pour le moment, il est difficile de préciser s’il s’agit d’un acte de représailles, de vengeance ou de vandalisme. Personne ne sait si ce sont les mêmes malfaiteurs qui s’en sont pris au vieux, qui ont rattrapé, puis tiré à bout portant sur son enfant qui conduisait un troupeau. En attendant, la Police républicaine a pris le dossier en mains et mène ses investigations sur le terrain.
« On ne connaît pas encore les auteurs de ces crimes crapuleux», a indiqué le chef du premier arrondissement de Parakou, Amadou Abdou Razack. « Après avoir descendu le jeune, ils ont disparu, en laissant sur les lieux le troupeau qu’il faisait paître », a-t-il poursuivi.
Présentement, le vieux suit des soins intensifs au Service des urgences du Centre hospitalier universitaire départemental du Borgou-Alibori, à Parakou, où il a été transporté. Mais au sein de la communauté peulh qui réside dans la localité, c’est la panique générale. Ils ne savent plus à quel saint se vouer.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 366 fois