Le président de l’Association des Fédérations francophones de Tennis (A2ft), Damien Chausse, en visite au Bénin, s’est entretenu, ce mardi 23 juillet, avec les hommes des médias. Au menu de la causerie : le projet de construction de l’académie de Tennis d’Avlékété à Ouidah. Et pour la circonstance, le président de l’A2ft a été appuyé par le ministre des Sports, Oswald Homeky et le président de la Fédération béninoise de Tennis, Jean-Claude Talon.

Le Bénin abritera d’ici quelques mois, une académie de Tennis d’envergure internationale. Il s’agira d’un grand centre francophone pour praticiens et fans du tennis, mais sera également ouvert aux pays non francophones. Le joyau sera érigé au cœur de la cité balnéaire d’Avlékété dans la commune de Ouidah. Lors de la conférence de presse qu’il a animée, hier, le président de l’Association des Fédérations francophones de Tennis (A2ft), Damien Chausse, dont la structure soutient activement le projet, fait savoir que cette académie sera un centre multidimensionnel.
Le centre d’Avlékété « sera un pôle de formation non seulement des jeunes élites mais aussi des cadres autour des métiers du tennis », précise le ministre des Sports, Oswald Homeky. La cerise sur le gâteau, c’est que dans cette académie, il y aura un club de tennis qui sera labélisé Roland Garros, et grâce aux partenaires, notamment l’A2ft et la Fédération française de tennis (Fft) dont Damien Chausse est le vice-président, le centre sera équipé de terrains de tennis « en terre battue » respectant rigoureusement les normes de Roland Garros. Cela permettra à des professionnels du tennis de venir s’entrainer au Bénin pendant les saisons favorables.
Pour ce centre, l’A2ft et la Fft comptent apporter tout leur savoir-faire en matière de tennis, y compris l’utilisation du label Roland Garros dont l’A2ft aura la charge. « Ce label est capable d’attirer des investisseurs, des futurs partenaires économiques… », se réjouit Damien Chausse.
En dehors de la formation des élites et des cadres administratifs, le centre accueillera de jeunes équipes francophones pour des séjours de courte ou longue durée et les entrainements des équipes d’âge des Fédérations francophones du monde. En gros, l’académie de tennis d’Avlékété sera un pôle d’excellence en matière de tennis au Bénin, en Afrique et dans le monde. La Fédération béninoise de tennis, dirigée par Jean-Claude Talon, sera le maître d’ouvrage du projet, informe Damien Chausse. Et côté gouvernement, l’on promet d’aller le plus loin possible dans cette ambition. Autrement dit, mis à part le foncier qui a été mis à disposition, l’Exécutif béninois mettra les moyens qu’il faut pour assurer la concrétisation et la pérennisation du projet, martèle Oswald Homeky. Et d’après le conférencier principal, le mode de financement du projet sera basé sur le partenariat public-privé.

Tourisme en vue

Outre le cadre purement sportif du projet, les conférenciers ont également mis l'accent sur le nombre incalculable de touristes que cette infrastructure sportive pourrait drainer. « C’est un site qui est situé entre la mer et la lagune mais beaucoup plus proche de la lagune… », décrit le ministre Oswald Homeky. Bien avant lui, Daniel Chausse fait savoir que le site est « magnifique… et absolument exceptionnel ». « Et cela nous oblige, poursuit-il, à réaliser un projet qui soit respectueux de la nature et de la splendeur de la zone dans laquelle il sera installé ».

Le président Daniel Chausse s’engage aux côtés du gouvernement  
En visite de travail au Bénin depuis vendredi 19 juillet dernier, le président Daniel Chausse a été reçu lundi 22 juillet au cabinet du ministre en charge des Sports, Oswald Homéky et s’est félicité de l’avancement du dossier de construction de l’académie francophone de tennis au Bénin et des efforts du gouvernement dans le secteur du sport.  « Nous nous sommes  rencontrés pour  échanger sur les méthodes à mettre en place pour développer le tennis car nous avons une vision transversale des choses » a-t-il déclaré. Pour lui, il est primordial d'avoir un projet autour duquel se réunissent toutes les associations francophones de tennis qui représentent une quarantaine de fédérations dont la Fédération béninoise de tennis. « Ensemble nous sommes forts et nous sommes liés par une vision commune,  les mêmes valeurs et un souci commun de nous entraider pour un objectif général qui est  le développement du tennis dans l'espace francophone » a-t-il confié. Le président Daniel Chausse reste reconnaissant vis-vis du Bénin qui offre la possibilité de créer une académie de tennis au profit des jeunes francophones dans une zone balnéaire entre la mer et la lagune sur la Route des Pêches. Il reste engagé aux côtés du Bénin jusqu’à la réalisation de ce projet qui va accueillir tous les talents du monde francophone. «  Cette académie sera un lieu où nous allons encadrer les élites francophones de tennis et permettre la formation des cadres dont les clubs de tennis ont besoin pour se développer » a-t-il déclaré.
Cette infrastructure est constituée de 21 courts en terre battue, d’une piscine, d’un hébergement, de salles de cours, de fitness, de presse et autres compartiments indispensables aux études.
 
Christian HOUNONGBE

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 601 fois