Le Bénin est à pied d’œuvre pour marquer d’un sceau particulier le 59e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Au niveau de l’Armée de terre, on met les bouchées doubles pour une célébration sobre.

Le drapeau national qui flotte dans les airs, au niveau des principaux carrefours de la ville de Cotonou et ses environs renseigne sur l’imminence de la célébration de la fête de l’indépendance. Chaque acteur concerné par l’organisation apporte du sien pour donner de la couleur à l’évènement. Les différents corps qui, traditionnellement, étaient associés à ce rendez-vous annuel ne seront pas du reste, cette année. L’organisation suit son cours normal.
« Les entraînements se poursuivent au niveau des différents bataillons. Depuis la mi-juillet, les armées ont pris le relais;  au niveau de l’Armée de terre, les entraînements se font les lundis,
mercredis et les vendredis de 8 h à 12 heures sur l’allée qui jouxte le mess des officiers », explique le chef d’état-major de l’Armée de terre (Cemat), Fructueux Gbaguidi.
Toutefois, le tableau des défilés ne sera pas trop garni cette année, même s’il s’annonce imposant. « Nous réservons les meilleures choses pour 2020 dans le cadre du 60e anniversaire de l’indépendance du Bénin », annonce-t-il. L’essentiel du défilé se fera en 90 minutes.
Au menu de la célébration, les personnalités et autorités à divers niveaux et le public auront droit aux prestations des forces de défense et de sécurité, à savoir l’Armée de terre, la Gendarmerie nationale, la marine, les Forces aériennes et les Forces navales, les Eaux et forêts ainsi que la Police républicaine.
Cette année, aucune troupe étrangère ne sera de la partie. « Il n’y a pas d’invités majeurs à ma connaissance », signale-t-il. Selon lui, c’est un choix politique qui est suivi par l’armée. « C’est le politique qui donne la solennité qu’il souhaite à la fête », fait-il savoir.
De même, le défilé civil ne sera pas non plus au rendez-vous. Le caractère que revêt la fête nationale n’est pas nouveau depuis trois ans. C’est une marque de la Rupture qui a opté pour la simplicité et la sobriété depuis 2016 afin de limiter les dépenses dans le cadre de cette manifestation. L’année 2019 ne fera apparemment pas exception à cette règle.
Il faut noter que dans le cadre de la fête nationale, l’armée est généralement au devant de la scène. Le chef d’Etat-major explique les raisons de sa forte implication : « Le défilé est parti de la révolte populaire. C’est une tradition exclusivement francophone. Les pays ont décidé de commémorer leur fête nationale après la prise de la Bastille française. Nous avons constaté que le déploiement des troupes militaires dans le cadre de l’évènement revêt un cachet très solennel.  Le Bénin étant un pays francophone, il a copié la tradition chez la France ».
Pour l’heure, selon les indiscrétions, c’est le boulevard de la zone portuaire qui abritera les manifestations officielles entrant dans le cadre du  1er août. Toutes choses qui restent à être  confirmées pour le moment. Aucune information officielle n’ayant circulé à propos.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 568 fois