L’évaluation des élections législatives du 28 avril 2019 est, depuis, hier lundi 15 juillet, au centre d’un atelier à Parakou. Organisée par la Commission électorale nationale autonome (Céna), la rencontre réunit les parties prenantes au processus.

L’heure est, depuis hier lundi 15 juillet, au bilan des élections législatives du 28 avril 2019. C’est à la faveur d’un atelier qui se tient à Parakou et qui prend fin demain, mercredi 17 juillet. L’objectif principal de ces assises initiées par la Commission électorale nationale autonome (Céna) est d’amener ses participants notamment l’ensemble des parties prenantes au processus électoral, à procéder à l’évaluation du scrutin du 28 avril 2019. Ils formuleront également des recommandations.
« Cet atelier représente un enjeu important car, il s’agit de recréer les conditions de cette confiance en tirant les enseignements de ces élections, pour renforcer la crédibilité de nos processus électoraux », a indiqué le président de la Céna, Emmanuel Tiando.
Au cours de leurs travaux, ils auront à relever non seulement les points forts de la préparation, de l’organisation et du suivi opérationnel du déroulement des élections, mais les dysfonctionnements et faiblesses. Ils sont aussi conviés à dégager les leçons apprises et à formuler des propositions.  
Pour leur permettre d’atteindre les objectifs spécifiques fixés, les participants suivront huit communications liées à la problématique des élections. La première a pour thème « De l’urne aux résultats: Les grandes étapes du déroulement des élections législatives du 28 avril 2019 ». Elle a été développée par Rufin Godjo et Georges Otchéré, tous directeurs techniques à la Céna. Quant à la deuxième, elle a pour thème « Regards croisés sur la problématique du cadre juridique des élections en République du Bénin », et a été présentée par Dr. Simon Dako et Richard Dègbéko. « Le partenariat  entre l’Agence nationale de traitement et la Commission électorale nationale autonome dans la gestion des processus  électoraux », «Les contentieux des élections législatives de 2019 : Analyses, critiques et recommandations », «La problématique  de la gestion du budget des législatives du 28 avril 2019 : Etat des lieux, enjeux et perspectives », « La contribution de la société civile à l’amélioration du processus électoral en République du Bénin », « La problématique  de la communication durant le processus électoral » et « La sécurisation des élections législatives d’avril 2019 », tels sont les autres thèmes qui leur seront présentés.
Selon le maire Charles Toko, le choix de la ville de Parakou pour abriter ces assises n’est pas un hasard. Bien que considérée comme la vitrine du septentrion, certains ont voulu la mettre à feu au cours des dernières élections législatives. Et, poursuit-il, il a fallu beaucoup d’efforts, sur les plans administratif et sécuritaire pour éviter le pire. Il nourrit l’espoir que des travaux de cet atelier sortiront des propositions idoines qui ramèneront la confiance au niveau des populations en général et des acteurs politiques en particulier. Le  secrétaire général de la préfecture de Parakou, Sanni  Bayé Bio, abondera dans le même sens.
L’organisation du présent atelier n’est pas un évènement inédit dans la vie de la Céna. Cette dernière se livre toujours à cet exercice à l’issue des élections.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 581 fois