Le Conseil des ministres du mercredi 3 juillet a décidé de financer un plan d'intervention prioritaire au profit de la réserve de biosphère transfrontalière du parc national W. La réserve de biosphère transfrontalière du parc national W, d’une superficie de 7.623 km2, fait l’objet d'une forte pression démographique avec des activités illicites de braconnage, d'élevage, de pêche et d'exploitation forestière.

Le gouvernement, a indiqué le garde des Sceaux, présentant le compte rendu du Conseil des ministres, a donc mis en place, pour y remédier, « un plan d'intervention prioritaire dont une partie du financement incombe au budget national et, le reste à la Fondation des savanes ouest-africaines, partenaire stratégique du projet ». Appréciant l’urgence de la mise en œuvre de ce plan, le Conseil des ministres a autorisé le décaissement de la contrepartie béninoise qui s'élève à la somme de trois cent quarante-sept millions trois cent soixante-et-un mille huit cent quarante F Cfa. Ces ressources ainsi mobilisées permettront de faire face aux maux qui minent cette réserve. Elle pourrait ainsi contribuer au vaste programme mis en place par le gouvernement pour révéler le Bénin par ses richesses naturelles. A l’heure où le parc de la Pendjari, de par sa rénovation, est devenu une grosse attraction, relever la réserve de biosphère transfrontalière du parc national W apporterait un plus au tourisme national.

Josué F. MEHOUENOU

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 612 fois