Au cours du Conseil des ministres tenu ce mercredi 22 mai, le gouvernement a adopté un projet de décret portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des feuilles de tôles ondulées galvanisées, en République du Bénin, avec un moratoire de 12 mois pour épuiser les stocks disponibles. Cette décision vise surtout la préservation de la santé des populations.

Le gouvernement s’aligne sur les observations des spécialistes, selon qui, les tôles galvanisées non laquées utilisées pour la toiture des habitations, en reflétant les rayons solaires, causent de réelles nuisances aux yeux. « A première vue, ces tôles semblent coûter moins cher à l’achat. Or, en réalité, elles reviennent bien plus cher quand on intègre leur entretien et surtout leur renouvellement qui intervient souvent plus vite que celui des tôles teintées ou peintes à la fabrication », indique le compte rendu du Conseil des ministres de ce mercredi 22 mai lu par le ministre en charge du Tourisme, Oswald Homeky. « Pour toutes ces raisons, et particulièrement en vue de préserver durablement les populations des risques sanitaires, le Conseil des ministres a décidé d’interdire sur le sol béninois, la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des tôles en cause», poursuit le communiqué. Le gouvernement a donc adopté un projet de décret portant interdiction de la production, de l’importation, de la commercialisation et de l’utilisation des feuilles de tôles ondulées galvanisées au Bénin. Aux termes dudit décret, les producteurs et distributeurs exerçant sur le territoire national disposent d’un délai de douze mois pour la commercialisation de leurs stocks.
Le gouvernement estime par ailleurs que les tôles teintées ou peintes à la fabrication, en dehors des avantages évidents pour la santé, contribuent à l’attractivité et à l’esthétique de l’habitat. Cette décision prise en Conseil des ministres prouve que l’Exécutif est dans la logique de faire de lourds investissements pour la modernisation du pays en vue de le rendre plus attractif. Il faut y voir aussi des exigences esthétiques. Sauf que le principal gain qui résulte d’une telle décision, c’est la préservation de la santé oculaire des populations. Dépenser moins dans l’habitat et en mettre un paquet pour la santé, surtout pour sauver sa vue ne semble pas être une bonne option pour le gouvernement qui, dès à présent, a décidé de réglementer autrement les choses.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 514 fois