Le Bénin, à l’instar de la communauté internationale, a célébré hier mercredi 15 mai, la Journée internationale de la famille (JiFa). Instituée par l’Assemblée générale des Nations Unies, suite à sa résolution 47/237 du 30 septembre 1993, elle offre à la communauté internationale, l’occasion de se pencher sur les défis sociaux majeurs auxquels sont confrontées les familles, en vue d’affiner les voies et moyens pour reconnaître et renforcer le rôle prépondérant qui est le leur dans l’édification de la société.

« La famille, lieu d’éducation sexuelle, de l’adolescent et du jeune », c’est le thème de la Journée internationale de la famille, édition 2019. Dans un message adressé à la nation, la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance a affirmé que ce thème interpelle tout le monde, qu’il s’agisse des institutions de l’Etat, des organisations de la société civile ou des familles elles-mêmes. Bintou Chabi Adam Taro note que ce thème permet en effet de lever un coin de voile sur le contenu de l’éducation donnée aux adolescents et jeunes de façon générale, et plus particulièrement en matière de sexualité. Selon ses dires, conformément à la Déclaration universelle des droits de l’homme, la famille est le groupe naturel et fondamental de la société. Pour elle, c’est la famille qui accueille et qui assure l’éducation de l’enfant qui participera, plus tard, à la construction d’une société pacifique et au développement de la nation. Le rôle de la famille, renchérit la ministre, s’avère donc prépondérant pour l’atteinte de l’Odd n°16. « La Journée internationale de la Famille (JiFa) est donc une grande opportunité pour les Etats et autres acteurs de développement, pour mieux faire connaître les problèmes que rencontrent les familles au quotidien, tout en permettant d’inciter chacun de nous à prendre des initiatives de nature à promouvoir l’épanouissement des individus, des groupes et des communautés à travers le cercle familial », a-t-elle laissé entendre.
Bintou Chabi Adam Taro informe que le premier acteur en matière d’éducation sur la sexualité est la famille. Elle déplore tout de même que la notion de sexualité soit considérée comme une question « tabou ». Selon elle, force est de constater que beaucoup de parents n’assurent pas convenablement leurs responsabilités vis-à-vis de l’éducation sexuelle de leurs membres, soit par manque d’informations appropriées, soit à cause de la méconnaissance des stratégies et compétences pour y parvenir.

Encore du chemin à faire !

« Au Bénin, tous les indicateurs sociaux témoignent de la situation difficile de la fille et de la femme ainsi que des disparités relatives à la jouissance par elles de leurs droits humains essentiels. Une fille sur dix est mariée avant l’âge de quinze ans et trois filles sur dix, le sont avant l’âge de dix ans selon l’Enquête par Grappes à Indicateurs Multiples de 2014, portant ainsi à plus de 3 % les filles de dix à dix-sept ans en union. On note alors que la proportion d’adolescentes ayant déjà commencé leur vie féconde augmente rapidement avec l’âge, passant de 2 % à 15 ans à 47 % à 19 ans, âge auquel 38 % des jeunes filles ont déjà donné naissance à un enfant », a-t-elle rappelé. Bintou Chabi Adam Taro indique que la prévalence contraceptive est seulement de 12% en 2017 selon l’Enquête démographique et de santé au Bénin, avec d'importantes disparités en fonction du lieu de résidence.
Face à ce tableau qui interpelle tous, la ministre des Affaires sociales et de la Microfinance rassure la population béninoise de l’intérêt soutenu que le président de la République, Patrice Talon, accorde au bien-être de la famille et particulièrement à toutes les initiatives mettant la famille au cœur du développement de la nation. « En cette période où le monde entier célèbre les valeurs familiales, je voudrais en appeler au sens de responsabilité des parents face à l’éducation de leurs enfants à la vie sexuelle et à la parenté responsable. Au nombre des actions entreprises par mon département ministériel, l’élaboration du guide national de référence pour la conduite du dialogue parent-enfant en santé sexuelle et reproductive et sa vulgarisation témoignent de l’importance que le gouvernement accorde à la question », déclare-t-elle. Bintou Chabi Adam Taro exhorte par ailleurs les familles à prendre la place qui est la leur en renforçant leurs capacités et en acceptant de retourner aux valeurs fondamentales familiales en vue d’amener leurs membres à adopter des comportements et attitudes sexuels positifs.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 401 fois