L’Union progressiste, l’un des partis en lice pour les législatives du 28 avril prochain se déploie activement sur le terrain dans la 16e circonscription électorale où, pour le moment, elle se fait largement visible.

L’Union progressiste n’a pas mis du temps pour se lancer dans la mobilisation des électeurs pour le scrutin du 28 avril prochain. Moins de 24 heures après le lancement de la campagne électorale, les partisans du logo baobab marquent leur territoire par une campagne de visibilité à travers affiches, posters géants et affichettes de toutes sortes. On retrouve pour la plupart sur les lieux soit le logo de l’union, soit ses candidats.
Mais l’Union progressiste est aussi active dans la mobilisation des électeurs. Dans la soirée du vendredi dernier, non loin du stade de l’Amitié, certains de ses lieutenants ont rencontré de petits groupes d’électeurs avec qui ils ont longuement échangé. Aux côtés d’un élu local du septième arrondissement, Arnold Mènawa est venu échanger avec un petit groupe. Les bras chargés d’affiches de son parti politique, il a expliqué à la trentaine d’artisans pourquoi « il faut mouiller le maillot pour l’Union progressiste ».
Il n’a pas manqué de s’assurer que tous ses interlocuteurs disposent de leurs cartes Lépi. « Ce que nous faisons est très sérieux et nous avons besoin de personnes sûres », lance-t-il d’un ton sérieux.
Arnold Mènawa les priera de l’attendre pour une causerie à la fin de l’entretien avec le reste du groupe. La discussion démarre par « des explications pour mettre fin à la campagne d’intoxication sur le fait que seules deux listes participent au scrutin ».
Dès le samedi matin, presque tous les murs des domiciles dans le périmètre étaient inondés des affiches de l’Union progressiste. A l’entrée de certaines rues, un peu comme pour marquer leur territoire, on a fait étaler sur de longs fils, les affiches de cette union.
Samedi 13 avril, ce sont les candidats eux-mêmes qui sont au front. Dans les locaux d’un grand immeuble qui a tout l’air de leur siège de campagne, les candidats, avec Orden Alladatin en tête, tiennent une séance d’échanges avec les élus locaux de la 16e circonscription électorale. Si on s’en tient aux propos introductifs d’Orden Alladatin, ils visent à régler certaines incompréhensions. « Certes nous venons d’horizons divers, nous étions dans différents partis politiques, mais nous sommes désormais engagés dans une cause commune et nous devons travailler en ayant cela à l’esprit », insiste-t-il. Bien d’autres messages et communications vont être véhiculés au cours de cette séance qui a duré plusieurs heures.
Timide à première vue, la campagne de l’Union progressiste dans la 16e circonscription électorale est plutôt « stratégique et sera progressivement intensive», confie un des candidats.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 594 fois