Les populations des départements de l’Ouémé, du Plateau, de l’Atlantique et du Littoral seront mieux prises en compte désormais par les actions de Plan international. L’organisation a inauguré, jeudi 11 avril, en présence des populations qui ont effectué massivement le déplacement, son aire d’influence et de mise en œuvre de programmes implantée dans la commune d’Adjohoun.

Il faut écouter le maire de la commune d’Adjohoun, Léon Bocovè, évoquer l’inauguration de l’aire d’influence et de mise en œuvre de programmes implantée dans sa localité comme un « événement majeur», pour comprendre la joie qui animait ses administrés en cette matinée du jeudi 11 avril. Pour eux, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre et, le maire dira que l’érection de cette infrastructure marque « un tournant décisif pour les communes et renforcera les initiatives déjà mises en œuvre dans les localités au profit des enfants pour un monde empreint d’équité et de justice ». C’est un acte à portée significative qui montre l’intérêt que Plan accorde à la cause des enfants dans un monde miné par l’injustice sociale, reconnait-il. Une grande responsabilité à assumer, note-t-il, en promettant de prendre celle de l’administration locale et de l’assumer.
Ce joyau permettra l’exécution de programmes de développement en faveur des enfants et des filles des communautés dans les quatre départements visés. Un palier supplémentaire vient ainsi d’être franchi dans la défense des droits des enfants et la promotion de l’égalité en faveur des filles. Karl-Frederick Paul, représentant résident de Plan international Bénin, dira, pour sa part, que son organisation en quête de rendements meilleurs et pour mieux impacter les enfants s’est associée depuis le 1er juillet 2018 à l’ex-Bornefonden au regard de la similitude entre leurs actions respectives. Depuis lors, selon lui, a vu le jour une structure majeure dans le domaine de la défense des droits de l’enfant et l’égalité des filles. Ce qui élargit son champ d’action et lui permet de toucher, en plus de ses actions habituelles, plus de dix mille autres enfants. Florence Yèhouénou, porte-parole des enfants, reconnaît ces actions. Profitant de l’inauguration de l’aire d’Adjohoun, elle a exprimé, combien grande est sa joie de voir l’organisation se rapprocher davantage des enfants des quatre départements ciblés. « Avec Plan international, nous sentons du soutien à nos côtés et sensibilisons nos pairs, notamment les filles. Avec l’ouverture de cette aire, nous irons encore plus loin», s’est-elle engagée.

Témoignages

Les actions de Plan international touchent le quotidien des populations béninoises, depuis des années. Elles impactent notamment le bien-être de la femme, mais spécifiquement les enfants avec pour focus, l’égalité aux filles. Plusieurs localités du pays ont ainsi vu leurs conditions changées grâce à elles. Avec l’ouverture de cette aire d’influence, il va sans dire qu’elle en fera davantage. Déjà, ce sont les préfets des localités bénéficiaires qui sont venus témoigner de l’impact des actions de Plan international sur la vie de leurs populations. « Les actions de Plan en faveur des femmes et des enfants m’interpellent en tant que femme et mère. Au nom des populations de l’Atacora, je puis dire que, depuis 2016, la convention qui lie le département et Plan international s’est renforcée », signale Déré Chabi Nah, préfet de l’Atacora. Elle voit à travers cette organisation, « un partenaire privilégié pour la protection des femmes et des enfants ».
Elle fait notamment allusion au projet « Zegromis », entendez zéro grossesse en milieu scolaire. Mais, la charge ne pèsera pas que sur Plan. Elle promet la contribution de l’Etat à travers une ligne budgétaire. Le cadre existe aujourd’hui pour en finir avec les prédateurs qui brisent l’avenir des enfants d’aujourd’hui, les adultes de demain, soutient-elle.
Christophe Mègbédji du Couffo se veut lui reconnaissant. Il remercie surtout Plan international pour toutes ses actions et pour avoir étendu ses tentacules dans tout le pays. Aux actions de l’organisation, il demande d’associer toutes les énergies possibles pour repousser loin les barrières des inégalités. «Le combat et la lutte doivent se poursuivre même après Plan international », plaide le préfet du Zou, Firmin Kouton. Celui de l’Ouémé, Joachim Apithy, assure de son côté que Plan international travaille avec 58 partenaires locaux et voit à travers lui un partenaire privilégié du gouvernement depuis environ 25 ans.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 818 fois