Les députés ouvrent, ce vendredi 12 avril, la première session ordinaire de l’année 2019. L’un des temps forts de la cérémonie de ce jour sera le discours du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, qui fera à l'occasion, le bilan général de la septième législature dont le mandat arrive à terme le 15 mai prochain. Il ne manquera certainement pas de se prononcer sur l’actualité des législatives du 28 avril prochain.

« L’Assemblée nationale se réunit de plein droit en deux sessions ordinaires par an. La première session s’ouvre dans le cours de la première quinzaine du mois d’avril. La deuxième session s’ouvre dans le cours de la seconde quinzaine du mois d’octobre. Chacune des sessions ne peut excéder trois mois ». C’est donc en respect des dispositions de l’article 87 de la Constitution du 11 décembre 1990 que les députés de la septième législature ouvrent, ce vendredi 12 avril, les travaux de la première session ordinaire au titre de l’année 2019.
La particularité de cette session ordinaire est qu’elle est la dernière pour le compte de la septième législature installée le 16 mai 2015. C’est donc la session d’adieu des députés actuels de l’Assemblée nationale. L’un des temps forts de cette cérémonie d’ouverture sera le discours du président de l’Assemblée nationale. L’allocution de Me Adrien Houngbédji est fortement attendue au cours de cette cérémonie en ce sens qu’elle offrira l’occasion au numéro 1 des députés de faire le bilan général de la septième législature, et formuler des recommandations à l’endroit des membres de la huitième législature.
Me Adrien Houngbédji ne manquera pas de se prononcer sur l’actualité politique actuelle avec en ligne de mire les élections législatives du 28 avril prochain. Comme c’est souvent le cas, cette session ordinaire, du moins pour le peu de temps qu’il reste à la septième législature, sera moins meublée en activité parlementaire. Elle pourrait ne connaitre que de deux séances plénières. La première, celle de ce 12 avril, avec l’ouverture solennelle des travaux. Et la seconde qui sera consacrée à l’examen du rapport d’activités du président de l’Assemblée nationale pour la période allant du 1er octobre 2018 au 30 mars dernier. Les membres de la septième législature pourraient se dire adieu après le vote du rapport des six derniers mois d’activités du président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji si plus aucun dossier n’est inscrit à l’ordre du jour.
Seulement, la grosse question que se posent nombre de personnes en ce moment est de savoir si le quorum sera atteint lors de la séance plénière de ce vendredi 12 avril. Ceci d'autant plus que cette législature est à sa fin mais surtout parce que cette date du 12 avril coïncide avec le lancement de la campagne électorale en vue des législatives du 28 avril prochain. Lesquelles élections vont aboutir au choix des députés de la huitième législature qui seront installé le 16 mai prochain pour prendre le relais des travaux parlementaires. La mobilisation pourrait être donc faible à cause de ces deux situations. De toutes les façons, la Constitution a prévu la porte de sortie. Celle-ci prescrit que, dans le cas de défaut de quorum, que la séance soit renvoyée à trois jours plus tard. Les délibérations sont alors valables quel que soit le quorum, prévoit l’article 85 de la loi fondamentale.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 590 fois