Propriété de l’Etat, le domaine dit ‘’Les filaos’’ occupé de tout temps par feu le Général Mathieu Kérékou, sera réaménagé. C’est le sens qu’il convient de donner à la lettre adressée par le directeur du Cabinet militaire du président de la République à la famille du défunt homme d’Etat, l’invitant à libérer ledit domaine ce 1er avril au plus tard.

Cette lettre, qui fait l’objet de diverses interprétations, fait suite à l’instruction donnée par le président Patrice Talon à certains de ses collaborateurs, d’informer la famille du grand projet initié pour valoriser le domaine en l’honneur de feu le Général Mathieu Kérékou. En l’occurrence, « Les Jardins de Mathieu ». Encore que lui-même, et formellement, avait fait parvenir le message à la famille via un des leurs, à savoir le ministre Modeste Kérékou.
Le projet dit « Les Jardins de Mathieu » intègre le cadre global de réaménagement du boulevard de la Marina qui sera agrandi, et où les travaux préliminaires s’effectuent déjà. Il ne répond donc à aucune forme d’expropriation forcée, comme l’allèguent d’aucuns, encore que ce domaine ne fut pas formellement le bien de feu Général Mathieu Kérékou et par conséquent de sa descendance qui ne peut logiquement prétendre en hériter.
En réalité, l’ex président de la République aurait pu s’approprier ledit domaine depuis des lustres, notamment du temps de la Révolution où il était seul maître à bord. Mais, peu enclin aux choses matérielles, l’illustre homme d’Etat ne l’a pas acheté comme certains se sont appropriés bassement le domaine public, abusant de leur position.
Pour ce qui est de la disposition actuelle prise par le gouvernement, il s’agit d’une option salutaire pour valoriser le célèbre domaine ‘’Les filaos’’, de rendre hommage à l’illustre disparu, Mais, c’est aussi pour rendre un tel domaine utile à la communauté, par la réalisation d’un grand jardin public, comme on en voit notamment en France ou au Maroc. Une manière fort appréciable d’inscrire davantage le nom du président Mathieu Kérékou dans la postérité, de le garder dans la mémoire collective, notamment des jeunes !

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 847 fois