L’élan de coopération souhaité entre le Bénin et le Royaume du Maroc s’est une fois de plus matérialisé à l’occasion de la 6e session de la grande commission mixte de coopération qui s’est tenue, lundi 25 mars à Marrakech. Une dizaine d’accords ont été signés et des perspectives heureuses engagées.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci et son homologue Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Royaume du Maroc ont inauguré, lundi 25 mars à Marrakech, une ère nouvelle dans la coopération entre les deux nations. Ils ont, pourrait-on dire, matérialisé un vœu cher au président Patrice Talon et à sa majesté le roi Mohammed VI du Maroc. « La coopération entre le Bénin et le Maroc est résolument inscrite dans la lignée de la vision du programme d’actions gouvernemental ‘’Bénin révélé’’, lancé en 2016 par le président Patrice Talon », reconnait d’ailleurs le chef de la diplomatie marocaine. Depuis la dernière session, «la coopération entre nos deux pays a fait du chemin. Le volume des affaires a augmenté, bien que son seuil demeure en deçà des potentialités des deux pays », note Nasser Bourita à l’entame des travaux. Selon lui, les échanges commerciaux entre les deux pays ont augmenté de plusieurs millions, faisant du Bénin, le 48e client du Maroc et son 126e fournisseur.

« Notre volonté est de porter nos relations économiques à un niveau plus important à travers une meilleure connaissance et un plus grand engagement », suggère-t-il. Dans cette perspective, « le terrain est ouvert » et des chantiers comme les infrastructures, les bâtiments et travaux publics (Btp), l’électrification, l’agro-alimentaire, l’électrification rurale, les technologies de l’information et de la communication, le tourisme, l’énergie, la pêche… peuvent être explorés. Dans ces secteurs, « le Maroc est disposé et outillé pour s’engager avec le Bénin dans une coopération plus avancée », assure-t-il.
Le Bénin est aussi dans cette dynamique. Pour le ministre Aurélien Agbénonci, la coopération s’est aussi matérialisée dans des domaines scientifique et culturel avec la formation de cadres civils et militaires et bien d’autres opportunités. Près de six ans après la dernière rencontre du genre, il s’est félicité des avancées enregistrées, mais aussi et surtout du retour du Maroc au sein de l’organisation continentale qui le repositionne comme un acteur majeur du développement de l’Afrique. La vision du roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud est la même que celle du chef de l’Etat béninois, a soutenu le ministre lors de son intervention. « Le Maroc fait partie de nos sources d’inspiration dans notre marche vers le progrès », indique-t-il ensuite. Heureux, le ministre des Affaires étrangères l’est aussi du fait de la nouvelle dynamique de coopération qui s’étend en plus à de nombreux autres secteurs. Il y voit une « contribution notable au plan de développement du Bénin ».

Aussi, révèle-t-il que la question de la formation est très importante, surtout par ces temps où le Bénin a plus que jamais besoin de compétences, en raison « des réformes importantes » qu’opère le président Patrice Talon. « Je suis heureux que le Royaume du Maroc ait accepté d’augmenter le nombre de bourses octroyées au Bénin et de continuer par offrir ses centres de formation et de perfectionnement à notre pays. La question de l’enseignement technique et professionnel est devenue une préoccupation majeure pour le chef de l’Etat et il est heureux que vous ayez marqué votre accord et que nous ayons signé un mémorandum dans ce sens », soutient, reconnaissant, le chef de la diplomatie béninoise. Les travaux effectués par les experts des deux pays depuis quelques jours ont permis aux deux ministres d’avoir des échanges avant de parapher les documents matérialisant les nouveaux accords.

Quid des accords signés ?

La 6e session de la grande Commission mixte de coopération a été un cadre de renforcement des relations d’amitié, de solidarité et de coopération entre le Royaume du Maroc et le Bénin. Elle a permis aux chefs des deux délégations, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci et son homologue Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Royaume du Maroc, de signer une dizaine d’accords. Il s’agit notamment de la convention relative à l’entraide judiciaire en matière civile et administrative, l’accord-cadre de coopération dans les domaines de l’énergie, des mines, de la géologie et des hydrocarbures, le Protocole de coopération dans le domaine de la jeunesse et des sports, l’accord-cadre de coopération relatif à l’octroi de bourses d’études et de stages au Maroc, de la convention-cadre de coopération en matière de formation professionnelle, de l’accord de coopération dans les affaires islamiques, de la convention tendant à éviter la double imposition et à prévenir l’évasion fiscale, de l’accord en matière de protection civile, du mémorandum d’entente dans le domaine de la sécurité routière et enfin de l’accord relatif aux transports internationaux routiers de voyageurs et de marchandises.
D’autres projets d’accords «seront examinés en vue de leur signature à la 7e session ou à toute autre occasion ». Cette session se tiendra à Cotonou, à une date qui sera arrêtée d’un commun accord par voie diplomatique?

De Marrakech, Josué F. MEHOUENOU

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 697 fois