Le président de l’Assemblée nationale a reçu, à son cabinet ce mercredi 20 mars en audience, Mohamed Ibn Chambas, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies en mission au Bénin. Les difficultés autour du processus électoral pour les législatives de 2019 étaient au menu des échanges.

Discuter avec le président de l’Assemblée nationale et voir comment aider à traverser les difficultés dans le cadre de la mise en application des réformes politiques importantes en cours au Bénin et intéressantes d’ailleurs pour la région ouest-africaine. C’est l’objectif de la visite de Mohamed Ibn Chambas, envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies en mission au Bénin au président Me Adrien
Houngbédji ce mercredi 20 mars. Selon lui, il est évident que la mise en application de ces réformes pose quelques difficultés sur le terrain dans le cadre des élections législatives de 2019. Il en veut d’ailleurs pour preuve la visite au Bénin d’une délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) venue au Bénin pour essayer d’encourager les discussions entre les parties prenantes, à savoir les partis politiques et la Société civile béninoise pour avancer dans les réformes en question afin d’aboutir à des élections législatives pacifiques, inclusives et participatives. Mohamed Ibn Chambas salue cette initiative de l’organisation sous-régionale avant d’assurer que les Nations Unies vont continuer de travailler étroitement avec la Cedeao puis avec tous les partis politiques pour une bonne évolution dans la situation. « Le Béninois doit être conscient que le Bénin est la vitrine de la démocratie en Afrique de l’Ouest et même en Afrique. Donc, ces réformes nous intéressent, mais il faut essayer d’avancer de manière consensuelle pour qu’encore une fois, nous puissions avoir au Bénin des élections législatives exemplaires et en faire un acquis pour la consolidation de la démocratie dans ce pays et en Afrique de l’Ouest », souligne l’émissaire du secrétaire général de l’Onu au Bénin. Il dit se sentir très encouragé après les discussions avec le président de l’Assemblée nationale. « Nous avons eu d’autres échanges qui rassurent. Nous avions été reçus hier (mardi dernier, ndlr) par le président de la République, Patrice Talon lui-même, ensuite par les anciens chefs d’Etat Boni Yayi et Nicéphore Soglo. Nous sommes dans un esprit de travail d’ensemble pour traverser les difficultés actuelles », ajoute Mohamed Ibn Chambas au sortir du cabinet du président de l’Assemblée nationale au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Pour lui, l’essentiel, c’est d’élargir le consensus et d’essayer d’avancer d’une manière un peu plus inclusive pour que les élections législatives se déroulent dans des conditions apaisées et sans exclusion.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 731 fois