La journée de ce mardi 12 mars s’annonce décisive au palais des Gouverneurs à Porto-Novo avec la Conférence des présidents du Parlement qui tient une nouvelle réunion en vue de rechercher des solutions pour le dénouement heureux de la crise liée aux législatives du 28 avril prochain.

Le président de l’Assemblée nationale, Me Adrien Houngbédji, n’a pas du tout prêché dans le désert par rapport aux mémorandums et propositions de lois qu’il a demandés aux partis politiques qui se sont manifestés pour prendre part aux législatives d’avril prochain. Il a sollicité ces suggestions à travers des correspondances qu’il a adressées, vendredi 8 mars dernier, aux formations politiques par le biais du secrétaire général administratif du Parlement,
Thomas Dassi, en vue de la sortie de la crise électorale. Selon des indiscrétions, au délai fixé à 9h 30mn de ce lundi 11 mars, tous les partis politiques attendus ont répondu à la demande du président de l’Assemblée nationale en déposant leurs propositions sur sa table. L’Union sociale libérale (Usl) de Sébastien Ajavon, Restaurer l’Espoir (Re) de
Candide Azannai, le parti Dynamique unitaire pour la démocratie (Dud) de Valentin Aditi Houdé, l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) de Claudine Prudencio, les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) de Valentin Djénontin, tous ont envoyé leurs propositions. L’Union progressiste et le Bloc républicain, tous deux proches du chef de l’Etat, ont adressé chacun une correspondance au président de l’Assemblée nationale pour dire qu’ils n’ont pas de propositions à faire d’autant que leurs listes ont été déclarées en règle par la Commission électorale nationale autonome (Céna). Il revient alors aux partis politiques qui ont des problèmes avec leurs dossiers électoraux de faire connaître leurs propositions et suggestions pour que le débat soit mené pour la sortie de crise pour des élections législatives inclusives et apaisées.
Dans tous les cas, le point de la situation sera connu ce jour. Puisque le président Adrien Houngbédji a convoqué pour ce mardi, la Conférence des présidents afin d’apprécier lesdits mémorandums et propositions de lois modificatives de la Charte des partis politiques et du Code électoral faits par les partis politiques.

Une probable session extraordinaire

La rencontre pourrait aboutir à la convocation d’une session extraordinaire d’urgence pour la correction éventuelle de ces textes électoraux en vue d'une sortie de l’impasse électorale. La réunion de la Conférence des présidents de ce mardi s’annonce donc décisive pour la suite du processus électoral.
C’est la deuxième fois consécutive que la Conférence des présidents de l’Assemblée nationale siège pour discuter des voies et moyens en vue de la sortie de l’impasse électorale liée aux législatives du 28 avril prochain. Le président du Parlement, Me Adrien Houngbédji et ses collègues membres de cet organe décisionnel de l’institution parlementaire composé des membres de son bureau, des présidents des cinq Commissions permanentes et des présidents des huit différents groupes parlementaires (Mouvance et Opposition) vont se pencher une fois encore sur la situation et décider de la suite. Leur 1re rencontre a été l’occasion pour Me Adrien Houngbédji de faire le point à ses collègues de la séance de travail qu’il a eue, la veille avec le chef de l’Etat, Patrice Talon, à la présidence de la République, avec la classe politique élargie au bureau du Parlement. Le président de la République avait instruit le président de l’Assemblée nationale aux fins de prendre langue avec tous les 10 chefs de partis politiques qui se sont manifestés pour aller aux élections législatives et de proposer, au plus tard ce mardi, des solutions pour un dénouement heureux de la crise. La Conférence des présidents du Parlement a salué cette démarche du chef de l’Etat et demandé à Me Adrien
Houngbédji de faire diligence. C’est donc à la suite de tout ceci que le président de l’Assemblée nationale a saisi, par le biais du secrétaire général du Parlement, Thomas Dassi, vendredi 8 mars dernier, les responsables de chacun des partis politiques concernés pour que soit de façon consensuelle trouvée la clé de sortie de crise pour relancer le processus électoral actuellement au point mort.

Le médiateur de la République monte au créneau ce jour

Le médiateur de la République, Joseph Gnonlonfoun, est aussi préoccupé par la situation sociopolitique actuelle du Bénin. Il monte au créneau ce jour pour faire une déclaration à la presse nationale et internationale pour lancer principalement aux acteurs politiques un appel pour des échéances électorales apaisées. Ainsi, en tant que garant de la concorde et de la paix sociale, le médiateur de la République entend jouer sa partition et peser de tout son poids pour que soient un moment de fête, les prochaines élections législatives, à l’instar des autres consultations électorales organisées sous le renouveau démocratique. Th. C. N

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 997 fois