Dans le cadre de la campagne médiatique des élections législatives du 28 avril prochain, la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) est archi-prête par rapport à la régulation des organes de presse. En témoignent les mesures qu’elle a prises au cours de son atelier préparatoire pour la gestion de la campagne médiatique des élections législatives d’avril prochain dont les travaux commencés, mercredi 6 mars à Parakou, se sont achevés jeudi 7 mars dernier.

Le séminaire préparatoire organisé par la Haac pour envisager les dispositions à prendre ainsi que les modalités de suivi de la campagne médiatique des législatives du 28 avril prochain, a pris fin, jeudi 7 mars dernier à Parakou. Au cours des travaux, plusieurs mesures ont été prises.
Sur le plan formel, a indiqué le rapporteur général du séminaire, Corneille Fandohan, deux décisions ont été proposées pour réglementer les activités des médias du service public et ceux du privé. Pour ce qui est du fond, des innovations ont été relevées au niveau de l’audiovisuel et de la presse écrite. En ce qui concerne l’audiovisuel, le séminaire a mis en exergue la suppression des émissions interactives au niveau des radios privées au cours de la campagne, puis a proposé deux genres d’interventions. S’agissant de la presse écrite, la prise en compte du site web du quotidien de service public « La Nation » a été souhaitée, en plus d’autres dispositions.
Selon le conseiller Félix Chabi Adimi, représentant le président de la Haac et qui a procédé à la clôture des travaux, les objectifs poursuivis en organisant le séminaire ont été atteints. « La Haac est suffisamment outillée pour accomplir sa mission, en tant qu’institution impliquée dans l’organisation des élections législatives prochaines», a-t-il assuré.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 324 fois