Le président Patrice Talon a reçu en audience, mardi 5 mars à son cabinet, une délégation de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) actuellement en séjour au Bénin. Les échanges ont essentiellement porté sur le processus électoral en cours au Bénin.

La mission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) en séjour au Bénin pour apprécier l’évolution du processus électoral en cours est sortie de son entretien avec le président Patrice Talon «rassurée ». Elle l'est déjà d’ailleurs depuis son arrivée et suite à ses échanges antérieurs avec des membres du gouvernement et responsables d’institutions de la République.
A la suite des échanges avec le chef de l’Etat, Finda Koroma, vice-présidents de la Commission et membre de la délégation, a expliqué qu’il s’agit d’une mission d’information. «Chaque fois qu’il y a une élection dans un pays membre de la Cedeao, une délégation arrive pour s’enquérir de la situation et il me semble que tout est en forme. Nous avons eu de très bonnes discussions avec le chef de l’Etat et nous avons abordé toutes les questions possibles avec lui. Je pense que tout sera résolu. Il y aura une solution pour tout», a déclaré la commissaire de la Cedeao. Le séjour en terre béninoise a permis aux émissaires de la Cedeao, de mieux apprécier la situation. «Quand il y a débat, cela veut dire que la démocratie est vivace. La démocratie est une quête permanente. Dans notre pays, il y a eu toujours beaucoup de débats mais nous parvenons toujours à tirer notre épingle du jeu », soutient de son côté le général Francis Awagbè Béhanzin, commissaire chargé du département Paix et Sécurité de l’organisation communautaire. Lui aussi dit être sorti de la rencontre avec le président Patrice Talon, rassuré. Des assurances, la délégation en a également reçu de la part du chef de l’Etat. « Par rapport aux autres problèmes, le chef de l’Etat nous a fait des promesses, qu’il verra ce qu’il y a lieu de faire pour que ces élections soient inclusives, transparentes, démocratiques et crédibles », a aussi souligné Francis Awagbè Béhanzin.
Requinquée par ces échanges au cabinet présidentiel, la délégation assure qu’elle poursuivra ses rencontres avec les acteurs. Elle prévoit notamment d’échanger avec les anciens chefs d’Etat. «Les anciens chefs d’Etat doivent être des sages de la nation parce qu’ils connaissent la responsabilité des charges qui sont celles du président Talon aujourd’hui. Ils nous aideront aussi », a déclaré le commissaire Francis Awagbè Béhanzin. «Malgré les interprétations divergentes sur des textes, il nous faudra avancer sur ces consensus qui nous permettent de réaliser la paix et le développement dans la sécurité », plaide-t-il ensuite. Des partis de l’opposition et de la mouvance présidentielle, des jeunes et bien d’autres groupes constitués recevront également cette délégation de la Cedeao.

« C’est une mission classique, une mission de routine », dixit Aurélien Agbénonci

«Effectivement, une mission de la Cedeao conduite par la vice-présidente de la Commission séjourne en ce moment dans le pays. Ces échanges avec le chef de l’Etat ont été très fructueux. C’est une mission d’information. Je voudrais très clairement dire pour notre opinion que cette mission ne s’est pas rendue ici parce qu’il y aurait une certaine crise au Bénin. C’est une mission de routine qui se rend dans tous les pays où il y a des processus électoraux. Cette mission s’est déjà rendue au Sénégal, au Nigeria…
Je voudrais que notre opinion sache que c’est le fonctionnement normal de la Cedeao, que la commission, généralement, se déplace pour s’enquérir des conditions de préparation des élections et éventuellement des besoins que le pays aurait en termes d’assistance technique pour les élections, ce qui, en ce qui nous concerne, n’a pas été le cas. Les échanges avec le président ont été très fructueux et ont porté sur les réformes en cours dans notre pays y compris les réformes concernant le système partisan, la Charte des partis politiques et le Code électoral qui sont des dispositions votées par notre Parlement et qui ont amené à changer la manière dont les élections doivent être organisées dans le pays. Le président a été très favorable à la démarche de la mission de rencontrer divers acteurs politiques, d’écouter les citoyens et ensuite de faire une synthèse et de lui rendre compte aussi… Je tiens à insister sur le fait que c’est une mission classique, une mission de routine autorisée par le gouvernement. ».

Propos recueillis par J. F. M

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1095 fois