Un compte rendu des investigations relatives aux opérations irrégulières de lotissement et de transactions sur le domaine de l’Etat à Fiyégnon 1 dans le 12e arrondissement de Cotonou a été présenté en Conseil des ministres ce mercredi 20 février. Il en résulte des manquements qui ont coûté au préfet du Littoral, Modeste Toboula, son poste.

Le Conseil des ministres a été saisi des résultats d’une enquête qui a révélé qu’en dépit du décret n°2005-684 du 3 novembre 2005 portant classement de la zone à vocation touristique exclusive de la Route des pêches, des spéculations de toutes sortes ont été conclues sur ce domaine de l’Etat, des années antérieures jusqu’en 2018 et 2019, en violation de la loi.
Aussi, le directeur général de l’Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du Tourisme (Anpt) a-t-il, par lettre en date du 14 novembre 2017, appelé l’attention du ministre de la Décentralisation et de la gouvernance locale, sur les velléités de prise de possession privée de ce domaine en attente d’aménagement dans le cadre du projet de développement touristique inscrit au Programme d’actions du gouvernement.
En réponse, celui-ci l’a rassuré, dans sa correspondance en date du 20 novembre 2017, qu’aucune opération de cette nature n’était entreprise et a précisé avoir instruit les préfets de l’Atlantique et du Littoral d’interdire et d’empêcher tous éventuels travaux de lotissement.
Toutefois, dès le 8 mars 2018, tirant parti d’une délimitation qui aurait été faite du domaine en cause, il a ordonné la reprise des travaux de remembrement dans la localité par le géomètre initialement en charge desdites opérations et instruit le préfet du Littoral par message radio, aux fins de procéder à la levée de la mesure de suspension antérieurement prescrite. Ainsi, par un arrêté du 12 mars 2018, le préfet du Littoral à Modeste Toboula, a levé les mesures d’interdiction des travaux de lotissement de Fiyégnon 1 et permis l’attribution, par le géomètre, de plusieurs parcelles à diverses personnes.
Ainsi se résume la situation qui a coûté depuis hier, mercredi 20 février, le poste de préfet du Littoral, Modeste Tobloula. Ajouté à cela, le fait que lui-même t a bénéficié de trois parcelles, d’une superficie totale de 533 m2, enregistrées au nom d’un proche parent. « Il est à signaler qu’au cœur de ces opérations irrégulières de lotissement et de transactions, se trouve le nommé Clément Dari, anciennement secrétaire permanent de la Commission nationale des affaires domaniales (Cnad) du ministère en charge de la Décentralisation. L’intéressé est en réalité le promoteur du cabinet de géomètre qui a commencé les travaux d’état des lieux suspendus en 2001 dans la zone, et en a repris les rênes, une fois admis à faire valoir ses droits à la retraite. C’est à ce titre que les opérations de lotissement du domaine lui ont été confiées », a expliqué le ministre en charge des Sports au cours de son point de presse à la suite du Conseil des ministres.
Prenant acte de ce compte rendu, le Conseil des ministres a décidé de relever de ses fonctions, le préfet du département du Littoral, et de confier son intérim, jusqu’à nouvel ordre, à Jean-Claude Codjia, préfet du département de l’Atlantique. Le ministre de la Justice et de la Législation est aussi instruit pour veiller à la poursuite des investigations et en rendre compte au Conseil des ministres.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1240 fois