Les réformes économiques mises en œuvre par le gouvernement portent leurs fruits et augurent de bonnes perspectives. C’est ce qui justifie le bond qualitatif fait par le Bénin dans le classement du magazine Forbes en ce qui concerne l’amélioration du climat des affaires.

Outre son intérêt pour les grosses fortunes du monde, le magazine américain Forbes fait de l’amélioration du climat des affaires sa préoccupation. Ainsi, procède-t-il à une évaluation de l’environnement des affaires suivant une quinzaine de critères relatifs notamment aux droits de propriété, à la qualité de vie, la fiscalité, l’innovation, la liberté d’entreprendre, la taille du marché, la bureaucratie, la corruption, la main-d’œuvre, les infrastructures, etc.
Son dernier classement, publié en janvier 2019, classe le Bénin, troisième meilleur pays de l’Uemoa pour faire des affaires, derrière le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Le Bénin figure ainsi dans le trio de tête du top 20 des pays africains les plus attractifs en 2019. 
Cette performance du Bénin s’explique par plusieurs facteurs. Selon le magazine Forbes, au cours des premières années de l’administration du président Patrice Talon, le gouvernement a suivi un plan d’actions ambitieux visant à relancer le développement en investissant dans les infrastructures, l’éducation, l’agriculture et la gouvernance. L’offre d’énergie électrique, qui a jusque-là limité la croissance économique au Bénin, a augmenté et les délestages intempestifs observés dans un passé récent ont été considérablement réduits. Le magazine met également en avant les réformes portuaires qui ont conduit au renforcement de la sécurité dans l’enceinte portuaire et la loi sur le Partenariat Public-Privé votée en 2017 et qui vise à attirer des investissements publics étrangers. 
De même, Forbes souligne que, dans le cadre du Programme d’actions du gouvernement, le Bénin compte mettre l’accent sur le tourisme, faciliter le développement de nouveaux systèmes de traitement des produits alimentaires et agricoles et promouvoir les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Par ailleurs, le magazine relève que le Fmi, en avril 2017, a approuvé au profit du Bénin, un accord de facilité élargi de crédit pour une durée de trois ans, d’un montant de 150,4 millions de dollars, visant à préserver la viabilité de la dette et à renforcer la confiance des partenaires techniques et financiers.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2241 fois