A l’instar de celles de Porto-Novo et de Natitingou, la centrale thermique de Parakou présente aujourd’hui un nouveau visage. Elle a troqué ses vieilles installations électriques contre celles de dernière génération. Le ministre de l’Energie, Jean-Claude Dona Houssou, était sur les lieux, jeudi 31 janvier dernier, pour constater la fin des travaux de réhabilitation et son bon état de fonctionnement.

Le problème de délestage relève désormais du passé au Bénin. Après le sentiment de dépit qu’il affichait, il y a quelque temps, en découvrant la vétusté des installations électriques au niveau des différentes centrales thermiques du pays, grande peut être aujourd’hui la fierté du ministre de l’Energie, Jean-Claude Dona Houssou. En visitant celle de Parakou, jeudi 31 janvier dernier, il a voulu constater l’achèvement des travaux de réhabilitation, et s’assurer aussi de son bon état de fonctionnement, puis faire le point des retombées positives dans la sécurisation, de la disponibilité de l’énergie électrique.
« Silence ! Le gouvernement travaille », a-t-il d’entrée indiqué, comme pour paraphraser quelqu’un. « Vous constaterez avec moi que ce sont des actions concrètes. Et là où des actions concrètes, grâce à la volonté et à la détermination du chef de l’Etat, prennent la parole, simplement la parole se tait », a fait observer le ministre. Selon lui, la réhabilitation de la centrale de Parakou n’est pas le fait du hasard, c'est une initiative bien pensée, conduite méthodiquement et avec discernement. C’est le résultat issu des décisions prises au cours des mois d’avril et mai 2016, dans le cadre de la réhabilitation des installations de la Sbee. Après près de 2 ans de travaux et avec plus de 2,6 milliards de F Cfa investis, les populations de Parakou peuvent se réjouir de voir à travers cette centrale la fin de leur calvaire en matière de fourniture en énergie électrique, a rassuré Jean-Claude Dona Houssou. « Aujourd’hui, même s’il n’y a pas de l’énergie au niveau du réseau interconnecté, Parakou sera servie parce que 12 Mw ont été réhabilités pour une pointe dans la ville qui est autour de 11 Mw », a-t-il précisé.
A sa suite, le coordonnateur national du projet de réhabilitation des centrales thermiques de la Sbee, Gérard Hounnoukpè, a souhaité que la maintenance de l’ouvrage réhabilité ne souffre pas. Il a appelé à la mise à disposition des ressources nécessaires complémentaires, notamment afin l’acquisition des pièces de rechange afin que l’investissement effectué soit sauvegardé et que les populations ne vivent plus le délestage. « Nous nous inscrivons dans la même dynamique que le chef de l’Etat, Patrice Talon, qui ne veut plus qu’il y ait de délestage dans le pays », a insisté le coordonnateur national du projet.

Une disponibilité efficace

La centrale réhabilitée comporte 7 groupes dotés chacun d’une puissance apparente de 2900 Kva. Ce qui fait une puissance installée d’environ 17, 4 Mva.
Les travaux ont consisté à faire un phasage à trois paliers. Dans un premier temps, il y a eu les travaux mécaniques. Par la suite, ceux électriques et électroniques de puissance ont également été effectués. « Ces trois niveaux ont respecté le protocole établi en la matière et qui concerne la qualité et la fiabilité pour avoir une disponibilité efficace de cette centrale, au terme des travaux », a expliqué Gérard Hounnoukpè.
En dehors de la réhabilitation des groupes, tous les auxiliaires ont été reconditionnés à travers les aéro-refroidisseurs par où transitent plus de 70% de la puissance des moteurs. Il en est de même pour les armoires électriques. Elles ont été démantelées et remplacées. « Même si le centre opérationnel de commandement est en défaut, nous pouvons depuis la salle des machines exploiter et injecter directement sur le réseau sans aucun problème », a poursuivi le coordonnateur du projet, parlant des innovations apportées.
Le premier adjoint au maire de Parakou, Ibrahim Chabi Mama, ne pouvait pas dissimuler sa satisfaction. Selon lui, le Programme d’actions du gouvernement est plus qu’une réalité à Parakou. « Toutes les promesses faites par le gouvernement sont en train de voir le jour », a-t-il assuré. «Progressivement, après avoir relégué au passé le délestage, nous sommes en train de tourner la page des coupures et les populations de Parakou peuvent disposer de manière permanente et à n’importe quelle heure de l’énergie pour vaquer à leurs occupations », s’est-il également réjoui. Le gouvernement a pris, selon lui, à cœur les problèmes de Parakou.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1633 fois