Promouvoir le savoir, l'innovation et l'entrepreneuriat au service du développement durable et inclusif. C’est fort de cela que le gouvernement a décidé de la création d’un comité interministériel pour l’accompagnement et le financement de l’entrepreneuriat de croissance.

Afin d'atteindre les objectifs qu'il s'est fixés, notamment en matière d’entrepreneuriat, le gouvernement, au cours du Conseil des ministres du mercredi 12 décembre, a décidé de la mise en place d’un dispositif d'accompagnement et de financement de l'entrepreneuriat innovant à fort impact social. Ce dispositif prend en compte les initiatives déjà en cours pour la promotion de l'entrepreneuriat. « C'est pourquoi un Comité interministériel est créé, dont la mission sera de proposer et de superviser la mise en œuvre rapide et efficace de la stratégie du gouvernement, pour l'accompagnement et le financement de l'entrepreneuriat de croissance », a indiqué le ministre en charge des Sports, Oswald Homeky, présentant le point de la séance.
Pour y parvenir, trois axes stratégiques implémentés sont prévus. Le premier, c’est d’offrir des formations de qualité adaptées aux besoins du Bénin et de la sous-région, en vue de fournir une main-d'œuvre qualifiée et caractérisée par un esprit d'entreprise. Le deuxième axe prévoit de « stimuler la recherche et l'innovation orientées vers les problématiques spécifiques du continent en créant un écosystème qui inclut le monde universitaire et le secteur privé ». Au niveau du troisième et dernier axe, il est prévu de soutenir et d’accélérer l'émergence de start-up innovantes, futures locomotives pour la création d'emploi, de richesse et de croissance.
Pour atteindre ces objectifs, il est créé un Comité interministériel pour l'accompagnement et le financement de l'entrepreneuriat de croissance. « A la différence de l'entreprise de subsistance, l'entreprise de croissance offre l'avantage de stimuler la productivité, de créer des emplois et d'apporter des solutions à des problèmes majeurs, que ce soit dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'agriculture, de la finance, des technologies émergentes, de l'environnement ou encore de l'énergie », indique le compte-rendu du Conseil des ministres. Dans cette perspective, le gouvernement a pris l'option de s'engager pour le développement de l'entrepreneuriat de croissance en vue d'apporter une solution à la préoccupation que constitue l'emploi des jeunes. C'est ce qui justifie entre autres, la création de la Cité internationale de l’innovation et du savoir Sèmè City ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1565 fois