Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci, a pris part à la 11e session extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui s’est tenue les 17 et 18 novembre 2018 à Addis-Abeba en Ethiopie.

Ouverte sous la houlette du président en exercice de l’Union africaine, Paul Kagamé, la 11e session extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement a été consacrée aux réformes institutionnelles. Ce dernier, à la suite des allocutions de Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine et de Dr Abiy Ahmed, premier ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie, a indiqué que le défi de ces réformes institutionnelles est de renforcer davantage l’Afrique.
Elles tournent autour des questions liées au financement de l’Union, à l’opérationnalisation du Fonds de la Paix, la catégorisation des décisions pour un meilleur suivi, la réforme administrative, la transformation du Nepad en une agence de développement, le Partenariat avec l’Union européenne-post Cotonou 2020, les quotas de recrutement des jeunes et des femmes au sein de l’organisation (50% de femmes d’ici 2025 et 35% de jeunes), etc.
Représentant le chef de l’Etat, le président Patrice Talon, à cette session extraordinaire de l’Union africaine, le chef de la diplomatie béninoise, Aurélien Agbénonci, a réaffirmé la position du Bénin à cet effet, son quitus à ces différentes réformes dont le but est l’efficacité de l’Union. «Le Bénin soutient les réformes institutionnelles nécessaires à l’efficacité de l’Union ». Telle est la substance du message dont il a été porteur à cette réunion de haut niveau.
En marge de la session, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a eu des rencontres bilatérales avec certains de ses homologues.
Il s’est en effet entretenu avec le vice-président de la Sierra Leone, Mohamed Juldeh Jalloh. Les deux personnalités ont fait le tour d’horizon des questions de coopération entre le Bénin et la Sierra Leone et harmonisé leurs points de vue sur le renforcement des relations entre les deux pays.
Le chef de la diplomatie béninoise a aussi échangé avec la secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique (Cea), Vera Songwe, première femme nommée à ce poste par le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (Onu) Antonio Guterres.
K.E

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1706 fois