Les projets inscrits au Programme d’action du gouvernement se concrétisent au fur et à mesure. Des résolutions prises en Conseil des ministres hier encore confortent une telle perspective.

Mettre un terme définitif aux baux pour loger les services de l’Etat. Telle est l’option du gouvernement Talon. A cette résolution comme d’autres, il s’attelle à la mise en œuvre. D’où, au nombre des décisions prises par le Conseil des ministres de ce mercredi 17 Octobre 2018, figure l’autorisation du recours au partenariat public-privé pour l’exécution des travaux de viabilisation, de construction de la Cité ministérielle à Cotonou. 

En finir avec cette pratique qui recèle abus, favoritisme et corruption, c’est faire œuvre de salubrité publique. Mais aussi, permettre aux agents de l’administration publique, de travailler à l’avenir dans des conditions adéquates, plutôt que de pérenniser ce système de squat de résidences privées qui ne permettait pas non plus aux usagers de repérer facilement ces services ici et là disséminés. Une aberration que tend à corriger le régime de la Rupture par la construction d’une Cité ministérielle à Cotonou et de Cités administratives départementales pour lesquelles les remises de sites ont été déjà effectuées. En décidant de recourir au partenariat public-privé, c’est un coup d’accélération que le gouvernement donne à sa vision déclinée à travers son Programme d’action dont la concrétisation, sans tambour, s’opère.
Le Bénin a beaucoup à gagner, en disposant d’une cité administrative où sont concentrés des cabinets ministériels et autres. Outre l’amélioration de la fonctionnalité desdits services et cabinets, les usagers gagneront en célérité dans le traitement de leurs dossiers au sein de ces administrations.

Acte social majeur

Pour ce qui est du dossier de construction de 2570 logements, à Ouèdo dans la commune d’Abomey-Calavi ainsi que de leur exploitation, le gouvernement, hier au cours de son conclave, a également opté pour le partenariat public-privé. Il intègre le projet global de construction de 20.000 logements d’ici à 2021, en vue de faciliter l’accès d’un grand nombre de Béninois à un habitat décent. Acte social majeur, quand on sait combien les Béninois tiennent à un tel acquis comme à leur prunelle. Des 10 849 logements prévus à Ouèdo à Abomey-Calavi, 8279 avaient d’ores et déjà été pris en compte par des partenaires qui ont manifesté leur intérêt à cet effet. L’attribution faite donc du lot de 2 570 logements consacre le bouclage du quota destiné au site de Ouèdo. Il faut saluer cette initiative, car, contrairement aux bicoques construites autrefois, le plan architectural retenu cette fois-ci dénote d’une qualité fort appréciable, preuve que le concept de ‘’Cadre de vie’’ n’est pas un vain mot sous la Rupture?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1954 fois