Les responsables du bureau politique de l’Union fait la Nation (Un) ont organisé, samedi 28 juillet dernier à Bohicon, une séance de reddition de comptes avec les élus locaux venus de tous les départements du pays. Il s’agit de se mettre au même niveau d’information en ce qui concerne les nouvelles dispositions que portent les réformes politiques en cours.

« Les élus de l’Union fait la Nation face aux enjeux des réformes du système partisan et du code électoral », c’est le thème de la séance de reddition de comptes qui a réuni, samedi dernier à Bohicon, les responsables du bureau politique de l’Union fait la Nation (Un) et les élus locaux venus de tous les départements du pays. Lazare Sèhouéto, Idji Kolawolé et autres ténors de l’Un ont partagé avec les élus quelques nouveautés relatives au Code électoral et à la nouvelle Charte des partis politiques.
Les élus présents ont eu droit à des exposés sur les exigences actuelles de la bonne gouvernance politique qui nécessitent aussi de nouvelles règles dans la cité. Le député Louis Vlavonou a rappelé quelques-unes des nouvelles dispositions de la nouvelle Charte des partis politiques qui réorganise le paysage politique pour avoir de véritables partis politiques au Bénin. Quant à la proposition du nouveau Code électoral actuellement en débat à l’Assemblée nationale, le député de l’Union fait la Nation a fait cas des nouveautés comme la proposition de suppression du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi), la réforme au niveau de la Commission électorale nationale autonome (Céna) dont le nombre des membres passera désormais de 5 à 9 pour un mandat de six ans au lieu de sept actuellement en cours. En somme, c’est un nouveau départ qui permettra de mettre le cap sur le renforcement des acquis et la prospection d’une nouvelle orientation pour une économie plus solide et florissante.
A l’ouverture de la rencontre, le député Antoine Idji Kolawolé a salué la vision du chef de l’Etat, le président Patrice Talon qui a vu juste en proposant pour ces réformes des regroupements des forces politiques afin de permettre aux partis politiques de jouer enfin leur réel rôle sur le terrain politique. La réforme du cadre partisan était, note-t-il, inévitable à la vitalité et à l’évolution du système démocratique vieux déjà de plusieurs décennies.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1297 fois