Autrefois habituées à concevoir leurs plans d’actions et à les conduire, les cellules de participation citoyenne doivent s’adapter à de nouvelles réalités. En marge du lancement de leurs activités au titre de 2018, les membres des cellules de participation citoyenne de toutes les communes du Borgou ont bénéficié, ce mardi 10 avril à Parakou, d’un atelier de renforcement de capacités organisé à leur intention par Social Watch Bénin.

Il y a de quoi se réjouir aujourd’hui du niveau de redevabilité dans les communes. Ces dernières, de par les textes règlementaires, ont été parfois contraintes d’être redevables envers leurs populations. Ayant compris l’importance de rendre compte, elles organisent volontiers des redditions et acceptent de se prêter aux questions qui leur sont posées. Toutefois, il ne faudra pas baisser les bras, mais maintenir la veille avec l’implication de la Société civile. D’où l’intérêt des séances d’appui technique en termes de cadrage et d’harmonisation initiées, depuis ce mardi 10 avril à Parakou, au profit des membres des cellules de participation citoyenne du Borgou par Social Watch Bénin. 

Prévue pour prendre fin ce jour, la rencontre vise à lancer leurs activités au titre de 2018. Elle donnera aussi lieu à la présentation du canevas de rapportage suivi de la remise des chèques pour la dotation trimestrielle avril-mai-juin.
Les participants ont également pris connaissance de l’application « Communes 229 » qui offre la possibilité à tout citoyen d’avoir, en ce qui concerne la gestion, des informations sur toutes les communes du Bénin. Ils ont ensuite eu droit à la présentation du dispositif de justification des ressources allouées aux communes.
Selon le secrétaire général de Social Watch Bénin, Rigobert Orou Gaani, il s’agit surtout de changer la démarche de travail. « Nous sommes beaucoup plus attendus sur les axes de la lutte contre la corruption et les dénonciations. Mais aujourd’hui, on constate que les activités que nous menons sont surtout liées aux séances de sensibilisation », a-t-il déploré. « Les plaidoyers, nous devons les faire, mais cherchons à passer à une autre étape, celle de pouvoir dénoncer », a souhaité le secrétaire général.
« C’est dans la quête de la perfection que cet atelier a été organisé. Nos partenaires ne sont pas moins satisfaits de ce que nous faisons », a assuré le secrétaire exécutif de Social Watch Bénin, Dieudonné Houinsou. Il s’agit, selon lui, d’amener les membres des cellules de participation citoyenne (Cpc) du Borgou à aller dans la même vision que l’organisation afin de pouvoir atteindre des cibles bien identifiées. L’objectif est de les aider à avoir une même perception de la transparence en matière de gouvernance et à s’impliquer avec plus de courage.
Social Watch Bénin est un réseau de gouvernance. La lutte contre la corruption est sa priorité. Au Bénin, estime Dieudonné Houinsou, elle ne doit plus se limiter aux simples dénonciations, mais aller vers la lutte contre l’impunité. Après avoir dénoncé ceux qui en sont les auteurs, il faudra veiller à ce qu’ils soient jugés au niveau administratif ou au tribunal.
« Le programme redevabilité que nous mettons en œuvre sur le terrain a des indicateurs et des objectifs très précis. Nous sommes en droit de les expliquer aux Cpc. Nous avons élaboré un programme annuel qui contient des activités et des indicateurs qui très prochainement seront mesurés », a précisé Ali Mora Lafia, en service à Social Watch Bénin. Selon lui, le présent atelier permettra aux membres de ces Cpc de rentrer dans le programme annuel et les indicateurs. C’est pour pouvoir mieux élaborer leurs plans trimestriels d’actions que l’organisation va appuyer financièrement en vue de l’atteinte des objectifs fixés.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 704 fois