Le Bénin a commémoré en différé, ce mardi 13 mars, la troisième édition de la Journée africaine de l’alimentation scolaire célébrée normalement le 1er mars de chaque année au plan africain. Les festivités se sont déroulées à l’école primaire publique de Hounli dans la commune d’Akpro-
Missérété, en présence de tous les acteurs du secteur.

La faim, la précarité alimentaire et la malnutrition constituent des handicaps pour la réussite scolaire. Conscient de cette réalité, le gouvernement décide d’investir davantage dans l’alimentation scolaire. Ce qui s’est traduit par la mise en place d’un arsenal d’actions dont le Programme national d’alimentation scolaire afin de bouter hors des écoles l’insécurité alimentaire, la malnutrition et la faim. Cette détermination du gouvernement du président Patrice Talon a été une fois encore réaffirmée, ce mardi 13 mars, à la faveur de la célébration officielle, à l’école primaire publique de Hounli dans la commune d’Akpro-Missérété, de la troisième édition de la Journée africaine de l’alimentation scolaire. Occasion pour le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, de saluer cette vision des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui ont institué cette journée, lors du vingt-sixième sommet de l’Union africaine en janvier 2016, en reconnaissance de la valeur immense de l’alimentation scolaire liée à la production locale pour maintenir davantage les enfants à l’école et améliorer leur performance scolaire.
Le ministre insiste sur les efforts du gouvernement dans ce sens. La question a été inscrite au rang des priorités dans les objectifs du Programme d’action du gouvernement (Pag) visant à passer du taux de couverture nationale de 30 à 51 % d’ici 2021, souligne Salimane Karimou. Il rappelle qu’un accord de partenariat d’un montant de 27,2 milliards F Cfa a été signé le 20 juillet 2017 entre le gouvernement et le Programme alimentaire mondial (Pam). Lequel accord confie désormais la gestion des cantines scolaires gouvernementales au Pam qui dispose d'une expertise avérée dans ce domaine. Ce qui permet de garantir des repas chauds aux enfants et une meilleure rétention et un enseignement de qualité à la hauteur des obligations de l’Etat vis-à-vis des citoyens. Le ministre invite les enseignants à accompagner les cantines scolaires afin de garantir à tous les enfants du Bénin, une chance égale d’instruction et d’éducation. Salimane Karimou sera appuyé par son collègue chargé du Commerce, Hervé Ahissou, représentant le ministre d’Etat en charge du Développement, Abdoulaye Bio Tchané.

Un engagement salutaire

Selon Hervé Ahissou, le gouvernement, à travers ses efforts en faveur de l’alimentation scolaire veut montrer toute sa volonté de faire de l’éducation de qualité pour tous l’un des piliers du développement durable. C’est ce qui justifie d’ailleurs, explique-t-il, l’engagement du Bénin au plan international pour la réalisation des Objectifs du développement durable (Odd) à l’horizon 2030, notamment les Odd 2 et 4 relatifs respectivement à la « Faim zéro » et à l’«Education de qualité ».
Pour le représentant résident du Pam au Bénin, Guy Adoua, plus de 110 000 écoliers sont bénéficiaires de l’assistance du Pam dans 620 écoles au niveau de 19 communes du pays. Le gouvernement, par l’entremise du Pam, assiste près de 320 000 écoliers dans 1 579 écoles primaires publiques, sans oublier les 297 et 144 cantines scolaires appuyées respectivement par le Partenariat mondial pour l’éducation (Pme) et l’Organisation Catholic Relief Services (Crs). Cette mobilisation du gouvernement et des partenaires au développement permettra au-delà des repas chauds, de stimuler le développement économique du Bénin en créant un lien entre l’alimentation scolaire et la production locale, relève Guy Adoua.
Pour sa part, le représentant résident du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) au Bénin, Siaka Coulibaly, et coordonnateur du Système des Nations Unies au Bénin, salue le gouvernement pour la confiance placée au Snu à travers le Pam pour l’accompagner dans l’amélioration de la gestion des cantines scolaires sur le terrain. Cet engagement du gouvernement en faveur de l’alimentation scolaire a été loué par le maire d’Akpro-Missérété, Michel Bahou, le directeur de l’Epp Hounli, Aristide Kpatinvo et le représentant des parents d’élèves, Noël Anago.
Une communication sur le thème retenu pour cette journée au plan africain à savoir « Tirer pleinement parti du potentiel de l’enfant africain grâce à une alimentation scolaire à base de produits locaux », a été présentée à l’assistance pour permettre à la population de comprendre l’importance de cette journée africaine.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1569 fois