Ce lundi 12 mars, a eu lieu la remise de lettres de mission aux gestionnaires de crédits du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesrs) dans le cadre de l’exécution du budget sectoriel 2018. Le ministre Marie-Odile Attanasso a saisi l’occasion pour féliciter les structures les plus performantes en 2017, dans l’exécution de leurs missions respectives.

Marie Odile Attanasso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesrs), a remis, ce lundi 12 mars 2018, des lettres de mission aux gestionnaires de crédits. Reconnaissant que des efforts doivent être consentis pour améliorer les performances, elle dit compter sur les capacités de ses collaborateurs pour relever ce défi. Elle rappelle à cet effet la réalisation à 86,17 % de taux d’exécution physique en 2017 et projette les 100 % en 2018.
Mettant les directeurs centraux et techniques devant leurs responsabilités à la faveur de la remise de lettres de mission, Mme Attanasso rappelle la tâche qui incombe à chacun d’eux dans la mise en œuvre du Programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021). Pour elle, la qualité de la contribution de son ministère dépend « de la prise de conscience et, en conséquence de la bonne exécution des budgets » qui leur sont confiés.
« Les objectifs des quatre programmes que comporte notre Document de programmation pluriannuelle des dépenses (Dppd) sont connus. La mission de chaque structure est clairement définie et déclinée en activités et tâches dans le Pta [ndlr : Plan de travail annuel] validé», a souligné Mme Attanasso, ajoutant que la détermination et le professionnalisme de chacun permettront d’atteindre les résultats escomptés. Ce qui, selon elle, devrait placer son département aux premiers rangs des ministères qui ont réussi leurs missions.
« Nous devrons être le modèle d’une administration performante, d’une administration moderne et efficace au service de la nation », insiste le ministre. Pour elle, l’administration de développement doit pouvoir s’épanouir autour des principes et valeurs essentiels que sont : « l’esprit d’équipe et la confiance mutuelle, le sens du devoir, les modes et les méthodes d’organisation éprouvés, la responsabilisation, la clarification des rôles de chaque agent du ministère et la clarté des résultats attendus», a-t-elle cité, précisant qu’elle voudrait pouvoir compter sur la volonté et l’engagement au travail de chacun pour l’accomplissement de la mission républicaine.
D’un montant global de 85 982 776 000 francs Cfa dont 35,5 milliards pour l’investissement, le budget du Mesrs a connu une augmentation de 15,86 % par rapport à celui de 2017. La mise en exécution du Pta 2018 ayant connu du retard, le ministre
Attanasso a exhorté les gestionnaires de crédits à la détermination et à trouver la motivation nécessaire pour atteindre les résultats souhaités, ou tout au moins maintenir les performances actuelles. Pour elle, ce qui est important, «ce n’est pas nous, mais ce que nous faisons pour notre pays ».

Les plus méritants honorés

Outre la remise de lettres de mission, certaines directions ont été félicitées. C’est le cas de l’Office du Baccalauréat, qui physiquement, techniquement et à travers les indicateurs, selon le ministre, s’est montré le plus performant.
À la suite de la direction de l’office du Bac (Dob), la direction des Examens et Concours (Dec) a été reconnue deuxième structure plus performante. Selon le ministre, la Dob et la Dec n’ont pas le choix d’organiser les examens. Donc leur résultat est obligatoirement 100 %. En troisième position vient la direction des Infrastructures et de l’Equipement (Die).
Mme Attanasso souhaite pour 2018, qu’à l’évaluation, une autre structure dépasse la Dob. Cependant, elle a aussi félicité les autres structures, qui n’ont pas démérité. « Si je prends le cas de la Daf [Ndlr : direction des Affaires financières] et de la Dpp [Ndlr : direction de la Programmation et de la Prospective], ce sont des structures qui ont beaucoup travaillé, mais que les indicateurs ne permettent pas de favoriser parce que ce sont elles qui ont tout. Lorsque cela ne marche pas quelque part, cela se répercute sur les résultats des autres.
Aussi a-t-elle encouragé toutes les structures sous sa tutelle à faire des efforts afin de hisser son ministère parmi les plus performants. Pour elle, il n'est pas question de fonctionner comme les autres administrations, où il est dit «on va juste faire pour la forme. Je souhaite qu’on innove, qu’on crée et qu’on sorte des sentiers battus», a martelé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique?

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1216 fois