Pour relever le défi des difficultés liées à la production des actes de carrière, le gouvernement a, dans son programme d’actions, inscrit en bonne place au titre des réformes à conduire, la modernisation de la gestion du personnel de l’Etat. A ce titre, le ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, a procédé, ce jeudi 8 mars à Cotonou, au lancement officiel de la dématérialisation du processus d’avancement d’échelon des agents de l’Etat.

Au Bénin, le fonctionnement de l’administration est handicapé par un certain nombre de facteurs, à savoir la complexité des circuits et des procédures, la difficulté d’accès à l’information et la lenteur administrative. Des maux qui, selon le directeur général de la Fonction publique, Bertin Quenum, frappent l’usager, et qui n’épargnent pas le fonctionnaire, l’agent de l’Etat notamment à l’occasion de l’obtention de nombreux actes concernant le bon déroulement de sa carrière.
Il affirme que ces dysfonctionnements peuvent être corrigés par le truchement de la modernisation de l’administration. « Le ministère du Travail et de la Fonction publique s’est déjà engagé sur cette voie et a réalisé la mise en exploitation du portail web du ministère soutenu par des plateformes de ligne sécurisée des actes de carrière, la plateforme SMS de consultation de la dernière situation administrative de l’agent de l’Etat », ajoute Bertin Quenum.
Le ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, affirme que l’informatisation de l’avancement d’échelon qui n’est qu’un volet de la modernisation, traduit l’évolution hiérarchique automatique d’un agent de l’Etat à l’intérieur d’un grade intervenant tous les deux ans à partir de la date de titularisation, et qui consiste à passer d’un échelon inférieur à un échelon supérieur.
La dématérialisation de l’avancement de grade, des reclassements, des actes de position et de retraite permettra, selon Adidjatou Mathys, de réduire de façon significative les tracasseries que subissent les usagers des services et leur assurer l’évolution hiérarchique automatique des agents en position de travail.
Elle rappelle que la Fonction publique béninoise est actuellement caractérisée par une lenteur et un manque de célérité dans la fourniture des services aux citoyens en raison des méthodes, pratiques et procédures administratives inadaptées aux besoins d’un environnement en pleine mutation et à la pointe des technologies de l’information et de la communication.
«  Dans le contexte actuel, en dépit des moyens déployés en ressources humaines, matérielles et financières pour la production des actes de carrière, le taux de satisfaction des usagers demeure bas », affirme le ministre du Travail et de la Fonction publique. Elle ajoute que le système informatique qui est en train d’être expérimenté a pour objectif d’assurer la prise des actes d’avancement d’échelon par trimestre.
Le dispositif permettra la production des actes administratifs de façon périodique, sans une demande formulée par l’agent, et impliquera toutes les structures en charge de la gestion de la carrière du personnel civil de l’Etat. Ainsi chaque agent peut, à partir de son poste de travail, avoir une évolution de sa carrière et disposer des actes y afférents sans avoir à se déplacer sur des kilomètres.
Adidjatou Mathys soutient que dans le cadre de la mise en œuvre de la loi organique relative aux lois des finances, ce dispositif permettra à terme le cadrage et la maîtrise des effectifs de la Fonction publique et de la masse salariale.

Évaluer cet élément
(4 Votes)
Lu 2396 fois