Les divinités étaient à l’honneur, ce mercredi 10 janvier, à l’occasion de la fête des religions endogènes. C’est l’arrondissement de Hêvié dans la commune d’Abomey-Calavi qui a accueilli les manifestations officielles de cette célébration initiée depuis un quart de siècle.

C’est sur le site Allasanko que les adeptes du culte vodoun de la commune d’Abomey-Calavi, ont pris leur quartier ce mercredi 10 janvier pour honorer les divinités des religions traditionnelles. Aux environs de 11 h, le chef exécutif du pouvoir religieux de l’arrondissement de Hêvié, sa majesté Houdji-Yessi Dounkpo et une forte délégation font leur entrée sur le site. Ils sont accueillis par des ovations, des recueillements et des litanies des adeptes des différentes divinités. Ils engagent une procession qui les emmène à faire le tour du site.

S’en suit l’exécution de l’hymne national qui donne le top des manifestations officielles à 12 h. Les festivités sont ouvertes par les ‘’Sakpatassi’’ des neuf arrondissements de la commune de Calavi pour une belle démonstration artistique.
Le public accueille ensuite les ‘’Egungun (revenants)’’ pour un riche tableau culturel, fait également de prières à l’endroit des autorités et du pays tout entier. La célébration connaitra davantage d’éclat avec les animations culturelles, chants, danses et autres démonstrations à l’endroit du public, constitué des natifs, des curieux et des touristes.
La vingt-quatrième édition de la fête des religions endogènes a été l’occasion pour les autorités traditionnelles, locales et municipales de préciser à nouveau ce qu’incarne le vodou. « Le vodoun est à l’origine de l’Afrique. Notre vodoun, c’est un dieu. C’est lui qui nous sert d’intermédiaire entre Dieu et les hommes. Le vodoun n’a rien à voir avec la sorcellerie encore moins avec le diable. Il ne fait aucun mal », revendique Nathanaël Sokpoèkpè, chef d’arrondissement de Hêvié.
Le maire d’Abomey-Calavi, Georges Bada, se veut plus expansif : « Le vodoun, c’est ce que nous avons de cher. Nous devons le promouvoir. Nous ne pouvons pas aller de l’avant sans nos valeurs culturelles et cultuelles. Elles sont des facteurs de développement durable. C’est pour cette raison que les initiateurs de cette célébration sont à féliciter ». Il poursuit : « Grâce au respect de nos religions endogènes, la paix se vit au Bénin. Toute notre population est en joie parce que cette édition est une réalité au Bénin et à Hêvié. Nous devons saisir l’occasion du 10 janvier pour affirmer nos ambitions», lance-t-il.

Effusion spirituelle et danses

Après cette exhortation, vient ensuite l’instant fatidique d’effusion spirituelle et d’immolation de bêtes. Le dispositif mis en place exige le silence absolu de toute l’assemblée. Sa majesté Houdji-Yessi Dounkpo, roi de Hêvié, prononce la litanie, en invoquant chaque divinité du pays. Cette phase durera une trentaine de minutes sous le regard admiratif du public.
La consultation de l’oracle, selon le roi, projette de bonnes perspectives en faveur de la commune et du Bénin. Il insiste cependant sur l’unité, la patience et la tolérance des populations béninoises, notamment ceux de la commune d’Abomey-Calavi en vue de son développement.
A l’issue de la prière, place est faite au défilé des différentes divinités des neuf villages de la commune. L’arrondissement de Ouèdo s’impose au milieu de la foule avec le passage de la divinité Atchina. Elle est relayée par le vodoun Hounhè de Hévié qui offre une belle prestation au public. A leur tour, les adeptes de la divinité Thron Kpéto Déka de Godomey, égaye également l’assistance. Au nombre des autres divinités qui ont tenu le public en haleine, il y avait les Zangbéto (gardiens de nuit), Kokou, Tohio (Hounvè), Thron Kpéto II et même les ‘’Kalétas’’.
Leurs différentes prestations culturelles et cultuelles ne laissent pas les natifs d’Abomey-Calavi indifférents. « Je suis satisfait et ému de la réussite de cet évènement. Le vodoun, c’est le symbole de l’attachement des populations à leur valeur culturelle. Nous ne pouvons que ressentir de la fierté à ces occasions », se réjouit Patrick Hounyèva, président du comité charté des Affaires domaniales de la mairie d’Abomey-Calavi. Il exhorte ses frères et sœurs à ne jamais renoncer à cette célébration.
Cette commémoration met fin à la veillée d’armes dans les temples et couvents. Rendez-vous est pris à l’arrondissement central d’Abomey-Calavi pour l’édition 2019?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1713 fois