Le port autonome de Cotonou sera désormais géré pendant dix ans par le port d’Anvers de Belgique. C’est le contenu de l’accord signé, lundi 8 janvier dernier entre une délégation belge et les autorités béninoises au Palais de la République, selon une dépêche de l’Agence Ecofinance.

Faire du port de Cotonou le port le plus performant de la sous-région ouest-africaine, c’est ce qui sous-tend la signature de ce contrat de gestion, déclare l’administrateur délégué du port international d’Anvers Kristof Waterschoot. Selon lui, ce contrat intègre la modernisation des infrastructures du port de Cotonou qui reçoit plus de 12 millions de tonnes de fret par an, l’organisation de l’enceinte portuaire, le renforcement des capacités de l’équipe locale et surtout l’informatisation du système des données. 
Grâce à cet accord, le gouvernement ambitionne de donner un nouveau souffle au port qui représente, non seulement le poumon de l’économie béninoise, mais également une passerelle stratégique de choix pour des pays enclavés comme le Burkina Faso, le Niger et le Mali.
Selon le ministre béninois des Infrastructures et des Transports, Cyr Koty, précise l’Agence Ecofinance, « Ce contrat de gestion du port autonome de Cotonou s'articule autour de deux périodes : une première de trois ans qui va permettre au mandataire de s'installer avant d'entamer l'exécution. La deuxième étape qui est l'exécution doit se faire sur un mandat de trois ans, renouvelable deux fois. En tout, le Port d'Anvers va gérer celui de Cotonou pour une période de neuf ans sans la phase d'approche ». 
En ce qui concerne les indicateurs de performances qui vont servir de jauge aux parties prenantes, le ministre a indiqué qu’ils seront définis dans les tout prochains jours?

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2359 fois