A l’occasion d’une brève déclaration de presse rendue publique à Cotonou, dimanche 7 janvier, le mouvement politique « Les murailles de la République-les Verts » lance un appel au discernement aux organisations syndicales. Ce rassemblement politique se dit préoccupé et les invite à mettre en avant l’intérêt des populations.

Les propositions de lois successives adoptées par le Parlement pour retirer l’exercice du droit de grève à certaines catégories de travailleurs sied à ce mouvement politique. Mohamed Assogba qui en est le premier responsable, aux côtés de quelques membres, l’a fait savoir dimanche 7 janvier à Cotonou. A travers une déclaration publique, « Les murailles de la République-les Verts » encouragent le pouvoir Exécutif « à promulguer dès franchissement du contrôle de constitutionnalité, le texte de loi portant statut général des Ape et le statut de la magistrature ». Ils en ont profité pour « inviter les travailleurs membres des différentes organisations syndicales au sens de discernement ». Pour eux, le retrait du droit de grève à certaines corporations n’est nullement synonyme du retrait de se syndiquer ou de libre expression conformément au devoir de réserve propre à chaque profession ». Mohamed Assogba soutient d’ailleurs que les syndicalistes béninois n’ont pas inventé la roue. La restriction du droit de grève, fait-il observer, « n’est pas une innovation du Parlement béninois ». Puis, il condamne le fait « qu’on assiste à une lever de bouclier de la part des responsables syndicaux » alors que « la procédure n’est pas arrivée à son terme ». Pour finir, il a invité les acteurs sociaux à éviter au peuple béninois ces « moments tumultueux » qu’on s’apprête à lui faire vivre par une tension sociale.

J. F. M.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1559 fois