La deuxième session des consultations politiques entre le Bénin et la Turquie s’est ouverte, ce lundi 4 décembre, au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (Maec). Les deux pays qui n’ont plus tenu pareilles assises depuis 2013 comptent en profiter pour dynamiser la coopération bilatérale.

Le bilan de la coopération bilatérale entre la Turquie et le Bénin, le point de la mise en œuvre des accords signés entre les deux pays, le principe de la définition des domaines prioritaires d’intervention de la Turquie au Bénin et les questions politiques internationales d’intérêt commun... Ce sont là, les quatre points majeurs en discussion à l’occasion de la deuxième session des consultations politiques entre le Bénin et la Turquie, ouverte ce lundi 4 décembre au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération (Maec) à Cotonou. Le but de l’exercice, à en croire Hervé Djokpé, secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, est de faire l’état des lieux de la coopération, de dégager des actions et des priorités, ainsi que des initiatives en vue de consolider les liens de coopération entre les deux pays. « Les présentes consultations revêtent une importance de premier ordre pour le ministère dont l’ambition est de faire en sorte que la diplomatie béninoise serve désormais à faire avancer l’agenda économique, touristique et culturel du gouvernement, en ouvrant également aux hommes d’affaires béninois de nouveaux horizons pour la promotion de l’investissement structurant en vue du développement du pays », laisse-t-il entendre. Son souhait au terme de cette session, c’est que le Bénin et la Turquie parviennent à échanger sur les piliers de leur coopération, mais aussi sur des dossiers politiques internationaux d’intérêt commun, parvenant ainsi à lui donner un nouveau souffle pour la rendre plus dynamique.
Côté turc, l’ambition est la même. Le souhait d’une coopération plus active qui serve les deux pays est aussi exprimé. L’ambassadeur Ahmet Riza Demirer, directeur général pour l’Afrique au ministère turc des Affaires étrangères, dépêché à Cotonou à l’occasion, se félicite en amont des avancées connues par les deux pays depuis la précédente session. D’après lui, « beaucoup de choses ont été faites quand on visite le compte rendu des premières consultations et beaucoup de décisions ont été prises ». Mais il faudrait définir une feuille de route pour les années à venir, propose le chef de la délégation turque. Pour lui, les ambitions affichées par les deux pays bénéficient d’une volonté politique et d’une capacité administrative pour leur mise en vigueur. Ce qui augure de réussite, selon lui.
La première session des consultations politiques entre le Bénin et la Turquie s’est tenue à Ankara le 3 décembre 2013. Le Bénin devrait accueillir en 2014 la deuxième session conformément au mémorandum d’entente relatif à la coopération entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, qui prévoit la tenue de ses consultations une fois par an sur la base du principe de la rotation, explique Christophe Dangnihin, directeur de l’Europe au Maec. Malheureusement, le Bénin pour diverses raisons n’a pu tenir cet engagement, poursuit-il. La tenue effective de la session, ce 4 décembre, se réjouit-il, marque alors « un nouveau départ dans les relations entre les deux pays en vue du raffermissement de la coopération ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1610 fois