Dix-huit jours après sa prise de service à la tête du département, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou a rencontré, vendredi 17 novembre dernier, à la salle de conférences de Bénin Télécoms à Cotonou, les différentes directions et structures sous tutelle, pour mieux apprécier leurs conditions de travail et partager avec elles sa vision pour le rayonnement du département.

Le nouveau ministre de l’Economie numérique et de la Communication a rencontré, vendredi dernier, les responsables des directions et structures sous tutelle. Cette première rencontre du ministre a été appréciée par ses hôtes qui estiment que la situation que vivent les travailleurs de son département n’est guère reluisante. Et pourtant, ils entendent collaborer sainement pour la réussite sans faille de sa mission.
Mais par le biais du secrétaire général adjoint de Syntra-Com, Yves Agondanou, ils saisissent cette opportunité, pour présenter une synthèse des difficultés auxquelles le personnel est confronté. Au niveau de l’Ortb, les travailleurs prient le ministre de veiller à l’implication des membres du syndicat dans les réformes engageant la vie de l’office, notamment la Tnt ; de même, au paiement des salaires à l’indice réel suite aux travaux d’avancement intervenus en 2016. Il faut signaler que les avancements ont été gelés en 2009. Ils demandent également de faciliter la participation du secrétaire général du Syntrab/Ortb au Conseil d’administration, à travers la signature de son arrêté.
A l’Agence Bénin presse (Abp), les agents sollicitent l’augmentation de la subvention d’exploitation et la poursuite des travaux de construction du bureau régional de Parakou.
En ce qui concerne la Poste du Bénin, ils attirent l’attention du ministre pour la prise en compte de la plateforme revendicative de son syndicat dont copie se trouve déjà au niveau du ministère. Pour certaines structures sous tutelle, comme Bénin Télécoms Infrastructures, Bénin Télécoms Services et Libercom, les agents estiment qu’il est important de veiller à l’implication des travailleurs par leurs représentants dans les réformes du début jusqu’à la fin (depuis les commissions de réflexion, d’élaboration jusqu’aux comités d’exécution) ; à la levée de toutes restrictions de nature à empiéter sur les droits conventionnels des travailleurs de Bti, Bts et Libercom (déblocage des avancements, Cnss, prélèvements sur salaire non reversé…) ; l’établissement du projet du budget annuel 2018 pour Bti, Bts et Libercom ; ils invitent le ministre à veiller à la suspension du cabinet qui travaille à Bénin Télécoms Services actuellement, afin que le compte rendu du Conseil des ministres en sa séance du 21 juin 2017 soit respecté.
Au niveau de l’Onip, les agents réclament la reprise de l’octroi de la subvention d’équilibre, l’obtention d’un titre foncier pour le domaine de l’Onip, le respect et le suivi de la programmation des plans de formation annuelle, l’application et l’amélioration de certaines primes, suite à la relecture de la convention collective.

Assurances

Les agents, par la voix du secrétaire général du ministère, Serges Koudjo, promettent accompagner l'autorité dans d’accomplissement de sa mission à la tête de ce département pour que les objectifs assignés par le chef de l’Etat soient atteints.
A l’ouverture de la séance, les participants ont saluté cette initiative du ministre. Il lui a été fait savoir que le secteur fournit des intrants à d’autres secteurs d’activités économiques, un éclairage qui a permis au ministre de comprendre que le personnel est le socle sur lequel elle doit bâtir sa politique.
Pour sa part, le secrétaire général adjoint du Syntra-Com, Yves Agondanou, a souligné que le personnel ne demande qu’un minimum d’attention à son égard et la mise à disposition des moyens nécessaires et indispensables pour accomplir les tâches.
Après avoir encouragé le ministre à poursuivre sa démarche, en l'assurant du soutien de tout le personnel, Yves Agondanou suggère que tous les directeurs centraux, techniques et ceux des organismes sous tutelle s’imprègnent chacun, en ce qui le concerne, du contenu du Programme d’action du gouvernement (Pag) ; qu’ils sensibilisent à leur tour leurs collaborateurs afin qu’au niveau de chaque entité, le ministre apprécie à sa juste valeur ce que chacun a pu faire pour l’atteinte des objectifs fixés à leur ministère. De même, il indique que les collaborateurs du ministre doivent maîtriser les attributions, l'organisation et le fonctionnement non seulement du ministère, mais également de leurs structures respectives ; procéder à l’élaboration des documents d’orientation stratégique sur la base du Pag pour en extraire un outil de pilotage de chacune de leur direction, surtout que cela leur permettra de relever les forces et faiblesses au niveau de leur département ministériel, afin de préconiser des solutions durables. Selon lui, leur souhait est que les organismes sous tutelle puissent appuyer le ministère pour le renforcement du personnel par des formations.
Face aux différentes situations vécues par les travailleurs de son département, le ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou a rassuré les travailleurs que des solutions seront trouvées au fur et à mesure pour satisfaire leurs doléances.
Elle rappelle que l’accomplissement des missions du ministère ne peut dépendre d’une seule personne, mais de l’ensemble des personnes qui composent le ministère. Elle dit son engagement à remplir sa mission aux côtés des travailleurs, assurant que les préoccupations soulevées par le représentant du personnel ont été comprises. Elle indique de même que les recommandations exprimées seront traitées avec minutie, notamment celle relative à l’appui nécessaire à la réalisation du Pag dans toutes leurs actions. N'entendant ménager aucun effort pour que les conditions de travail soient améliorées, Aurélie Adam Soulé Zoumarou déclare avoir compris les préoccupations exprimées, et dans une approche participative, promet d'associer les travailleurs à la recherche de solutions idoines. En comptant sur chacun, le ministre de l’Economie numérique et de la Communication conclut que c’est en équipe qu’on parviendra à atteindre l’objectif commun, celui de faire de l’économie numérique et de la communication, des secteurs prospères de notre pays?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1878 fois