Ecole nationale supérieure des Armées: Les officiers-stagiaires du 16e Cours d’état-major en formation

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubriques: Société |   Commentaires: Aucun| 366 lecteurs


Le chef d’état-major général des Forces armées béninoises, le contre-amiral Patrick Aho, a officiellement lancé, ce mercredi 6 novembre, le 16e Cours préparatoire à l’obtention du diplôme d’état-major au titre de l’année académique 2019-2020 à l’Ecole nationale supérieure des Armées (Ensa) de Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Lutte pour l’éradication de l’impunité: Explorer toutes les possibilités pour plus d’efficacité

Trente officiers militaires sont en formation à l’Ecole nationale supérieure des Armées de Porto-Novo pour l’obtention du diplôme d’état-major pour le compte de l’année académique 2019-2020. Ils proviennent de plusieurs pays, notammanet vingt-trois du Bénin, deux du Niger, deux du Sénégal, deux du Congo et un de la Côte d’Ivoire. Pendant neuf mois, les stagiaires recevront des cours indispensables pour un officier traitant dans un état-major national ou multinational en temps de paix, de crise ou de guerre. Ils suivront plusieurs modules d’un volume global de 1260 heures. Les enseignements porteront essentiellement sur les techniques d’expression écrite et orale dans lesquelles ils apprendront à rédiger toutes les correspondances militaires usuelles, à proposer par écrit des solutions applicables à des situations complexes, à prendre position sur un sujet d’ordre général ou spécifique relatif à la sécurité-défense, à exprimer leurs opinions en public à travers des exposés et la soutenance de mémoire de fin de stage. Les stagiaires seront outillés également sur l’enseignement et la planification opérationnels regroupant un ensemble de modules au cours desquels les connaissances de tactique générale seront enseignées dans un contexte tant de guerres régulières, irrégulières ou asymétriques qu’en opération de maintien de la paix. Ils renforceront aussi leurs capacités sur le monde géopolitique et stratégique sans oublier l’histoire militaire et autres activités qui leur permettront de mieux cerner les réalités de chacun des pays prenant part à ce cours et les connaissances nécessaires au commandement d’un corps de troupe.

LIRE AUSSI:  Elevage de ruminants: Les acteurs procèdent à l’état des lieux de leur faîtière

Mutation

Pour le commandant de l’Ensa, le lieutenant-colonel Lev Stano Adanhodé, cette formation s’insère dans le cadre des objectifs assignés à son école à savoir d’une part parfaire la capacité rédactionnelle des stagiaires et renforcer leur capacité opérationnelle et d’autre part peaufiner leurs techniques d’expression orale. L’Ensa a été créée le 17 avril 1987, sous l’appellation Centre de perfectionnement des officiers subalternes (Cpos) et a connu plusieurs mutations dans le temps, devenant Ecole des cadres des Armées (Eca) en 1999 puis Ecole nationale supérieure des armées (Ensa) le 20 février 2001. Le lieutenant-colonel a mis l’accent sur l’importance d’un Cours d’état-major dans la carrière d’un officier militaire. Selon lui, il est la condition sine qua non, par exemple au Bénin, pour espérer accéder à la catégorie des officiers supérieurs. Pour ce faire, le commandant de l’Ensa invite les stagiaires à faire preuve de disponibilité, d’assiduité, de volonté au travail, de rigueur, d’abnégation mais aussi de cohésion et de fraternité. « Vous serez évalués de façon continue et intransigeante, et comprenez d’ores et déjà que seuls les méritants auront leur parchemin », avertit le lieutenant-colonel Lev Stano Adanhodé.
Le chef d’état-major général des Forces armées béninoises, le contre-amiral Patrick Aho, qui a officiellement ouvert le cours, se réjouit surtout de l’effectif élevé de stagiaires étrangers à cette formation. Cela dénote, selon lui, de la confiance que ces pays représentés font au Bénin à travers l’Ensa. Le contre-amiral trouve plus qu’impérieux que les pays consolident la coopération sud-sud pour une meilleure collaboration entre les armées afin de mieux faire face aux défis de sécurité et de défense, notamment de criminalité transfrontalière, de terrorisme, de trafic de drogue, de l’extrémisme violent et autres dans leurs espaces respectifs.